Ivy (slameur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ivy (Slam))

Ivy, né Jean-Baptiste Ivan Bielinski, à Strasbourg en 1966[1], est un poète, auteur-compositeur-interprète et slameur québécois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents français d’ascendance allemande et polonaise, il obtient sa citoyenneté canadienne à l’âge de 18 ans[1].

Détenteur d’un baccalauréat en littérature française, il fait son entrée sur la scène artistique québécoise au début des années 1990 alors qu’il est membre du duo folk engagé Ivy et Reggie.

En 1997, il se fait remarquer en remportant le premier prix de la 3e édition des Francouvertes. C’est son implication dans la naissance et le développement de la scène slam québécoise qui le fera connaître au grand public.

En 2004, il prend part au Festival Voix d'Amériques ainsi qu’au Wordolympics, un événement célébrant la multiplicité des formes de spoken word se tenant à Ottawa[3].

Il présente en 2005 des chroniques sous forme de slams à la radio étudiante de l’Université de Montréal (CISM), puis à l’antenne d’ICI Radio-Canada Première, à l'émission Vous m’en lirez tant, de septembre 2005 à mars 2006[1].

En 2008, il lance le premier enregistrement de poésie slam au Québec, SLAMÉRICA, après avoir instigué les soirées Slamontréal en 2006, puis fondé la Ligue québécoise de slam (LIQS) en 2007[4],[5].

Il estime que le slam permet aux poètes de parler aux gens et il n'hésite pas à en faire la promotion dans les écoles du Québec[6].

Il publie des textes dans plusieurs revues telles que Estuaire, Exit et Zinc[3].

Il se produit également dans des événements comme le Festival de la chanson de Tadoussac et la Coupe du monde de slam à Bobigny, en France[3].

En 2016, il organise le 10e anniversaire de Slamontréal. Pendant 10 jours, du 20 octobre au 6 novembre, des artistes du slam tels que D-Track, Mathieu Lippé, Queen Ka, Amélie Prévost, le Grand Slack et l’Américain Marc Smith se produisent sur la scène du O Patro Vys[7]. Puis, le 6 novembre au soir a lieu la grande finale de la LIQS au Club Soda[7].

Militant en faveur de l’indépendance politique de la province du Québec, son travail artistique reflète ses convictions[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Feux-Fuyants sur fond d'amour noir, Inty/Local Distribution
  • 2002 : Ivy et Reggie (avec Reggie), Inty/Local Distribution
  • 2008 : Slamérica, Indica/Le Lézard amoureux (livre-disque)
  • 2012 : Hors des sentiers battus, Productions de l'Onde
  • 2016 : S'armer de patience, Productions de l'incidental

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Recherche - L'Île », sur recif.litterature.org (consulté le )
  2. Sébastien Lavoie, « Slam : quand la poésie rencontre le public », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 128,‎ , p. 57–58 (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c « Québec Info Musique | Ivy », sur www.qim.com (consulté le )
  4. (en) « Dans l'arène du slam », sur ICI Radio-Canada.ca (consulté le )
  5. AMÉLIE GAUDREAU, « Quand la poésie s’anime, L’art du slam par ceux qui le pratiquent et le promeuvent ici », Le Devoir,‎ , p. LED32
  6. « Ivy: slamer pour parler », sur La Presse, (consulté le )
  7. a et b « Slam en spectacle 2016 | Ivy, Mathieu Lippé, Queen Ka, D-Track et plusieurs autres à la programmation – Sors-tu.ca – Le Webzine des Sorteux », sur Sors-tu.ca, (consulté le )
  8. « Ivy | « Mon pays » Soumission, indignation et changements », sur La Fabrique culturelle (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]