Isidore Laurent Deroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Isidore Laurent Deroy
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants
Autres informations
Maître
Élève

Isidore Laurent Deroy né le [1] à Paris où il est mort le est un peintre, aquarelliste et lithographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Pont suspendu de Rouen (vers 1865), lithographie, Pont-Audemer, musée Alfred-Canel.

Fils de Jacques Deroy et d'Aimée Madeleine Pertuisot, Isidore Laurent Deroy est l’élève de l’architecte Félix[Qui ?] et du peintre Louis-François Cassas. Il a fait beaucoup de descriptions et il est l’auteur d’un œuvre considérable. On lui doit des paysages français et des animaux, dessinés, pour la plupart, à la sépia.

Une partie de ses travaux figurait dans les galeries de la duchesse de Berry et du duc d’Orléans. Deroy, qui signait ses tableaux, a exposé aux Salons de 1810, 1812, 1819, 1822 et 1827. Il obtient une médaille de 3e classe au Salon de 1836[2] comme lithographe.

Il crée en 1860 avec les frères Becquet la série la France en Miniature.

Lithographe infatigable, il a reproduit divers sujets pour le Musée de l'Amateur, et publié d’innombrables vues.

Ses fils Émile et Auguste Victor sont ses élèves.

Il meurt le [3] à son domicile parisien au 12, rue du Pré-aux-Clercs, veuf de son épouse Héloise Villain.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

  • Vue de l’Allier, près d’Issoire.
  • Décoration d’un jardin antique.
  • Bœuf dans un paysage.
  • Église de village.
  • Vue de Senlis.
  • Vue du Simplon près de Créola.
  • Parc de bœufs à la suite d’une armée.
  • Montagnes du jardin Beaujon (gravé) avec personnages.
  • Vue de la villa d’Esté à Tivoli.
  • Repos d’animaux.
  • Vue prise en Picardie.

Lithographie[modifier | modifier le code]

  • Bains thermaux. Souvenirs de Vichy et promenade au Mont-Dore, 1852 : album composé d'une notice historique et de seize vues dessinées, dont Les rives de la Seine (36 dessins lithographiés Deroy en 1831).
  • La France, collection des sites les plus renommés.
  • Les Rives de la Loire.
  • Nantes et ses environs.
  • Les Plages normandes[4],[5].
  • Italie.
  • Suisse.
  • Les Chalets.
  • Lacs suisses.
  • Vue de l'hôtel de ville d'Orléans. Ancien hôtel Groslot, Châteauneuf-sur-Loire, musée de la Marine de Loire[6].
  • Teinturerie des Gobelins sur les bords de la Bièvre, dessin, Paris, musée Carnavalet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. acte naissance p. 36/101 Paris état civil reconstitué.
  2. médaille 1836 sur Gallica.
  3. Acte de décès, état civil de Paris, p. 14/31.
  4. Salon de Trouville, bmLisieux.
  5. Trouville : vue générale de la plage, bmLisieux.
  6. Notice no M0280000181, base Joconde, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henri Béraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, vol. 5, Paris, L. Conquet, , 242 p. (lire en ligne), p. 186-7. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord, Laval (Canada), Musée du Québec, Les Presses de l'Université.
  • Paul Marmottan, L’École française de peinture (1789-1839), Paris, H. Laurens, , 471 p. (lire en ligne), p. 121-2. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Dictionnaire Bénézit, 1976.

Liens externes[modifier | modifier le code]