Intonation musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Intonation.
image illustrant la théorie de la musique
Cet article est une ébauche concernant la théorie de la musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'intonation musicale ou la justesse d'intonation définit la précision de la hauteur des notes de musique jouées ou chantées, par comparaison avec un système d'accord de référence.

Instruments de musique[modifier | modifier le code]

Instruments à cordes sans frettes[modifier | modifier le code]

Pour les instruments sans frette, comme le violon ou le violoncelle, l'intonation demande un positionnement précis des doigts sur les cordes: cette position détermine la partie de la corde qui vibre, entre le doigt et le chevalet. La hauteur du son est inversement proportionnelle à la longueur vibrante.

Instruments à frettes[modifier | modifier le code]

La longueur vibrante de la corde se situe entre la frette la plus proche du doigt du musicien et le chevalet: le placement exact des frettes est donc une question primordiale. Mais plusieurs paramètres peuvent jouer sur l'intonation :

  • le placement des frettes ;
  • la technique du musicien ;
  • la mesure dans laquelle le doigt déplace la corde latéralement ;
  • la position du chevalet ;
  • la profondeur des fentes dans le sillet.

La hauteur de la note augmente par le raccourcissement de la longueur de la corde mais aussi, quoique de manière bien plus faible, par l'augmentation de sa tension résultant de l'enfoncement de la corde derrière la frette la plus proche.

Instruments à vent[modifier | modifier le code]

La hauteur de la note est déterminée essentiellement par la longueur vibrante de l'instrument. La longueur peut être modifiée en ouvrant des trous latéraux le long du tuyau, en ajoutant des portions de tuyau au moyen d'un système de pistons, ou encore par une coulisse. L'intonation peut être corrigée par un souffle plus ou moins puissant, par la position des lèvres sur l'embouchure, etc.

Tempéraments[modifier | modifier le code]

Représentation de l'Intonation juste par le réseau d'Euler - voir Tonnetz

L'intonation juste est un système d'accord dans lequel le plus grand nombre d'intervalles sont purs, c'est-à-dire le plus consonants possible.

Les tempéraments sont nécessaires pour les instruments dits « à sons fixes » qui sont accordés une fois pour toutes avant le jeu. La voix et les autres instruments n'ont pas cette contrainte mais doivent s'y adapter. Ainsi les instruments d'intonation libre peuvent en théorie jouer tous les intervalles purs. S'ils jouent dans un ensemble avec des instruments tempérés, un écart trop important des intonations peut entraîner des dissonances.

Rien n'est parfait et il faut choisir l'outil avec lequel travailler :

  • le système de Pythagore, dont les notes sont définies par quintes pures à partir d'un ton de base fait entendre des quintes et des octaves parfaites, mais des tierces trop grandes d'un comma ;
  • le système de Zarlino qui combine un certain nombre de quintes et de tierce pures avec d'autres qui ne le sont pas.

Deux possibilités se présentent ensuite :

  • si l'on joue sur un instrument à intonation fixe, on tempère l'accord, c'est-à-dire qu'on fait des quintes un peu plus petites qu'en système pythagoricien pour gagner des tierces plus justes ;
  • si l'on joue sur un instrument à intonation libre, on a la possibilité d'adopter une intonation changeante, ce qui est un autre compromis.

Musiques extra-européennes[modifier | modifier le code]

Nombre de musiques extra-européennes font usage d'intervalles plus petit que le demi-ton, ou intermédiaires entre les degrés des gammes occidentales. Ils demandent une grande précision d'intonation. Par exemple, les musiciens Are-Are, qui accordent leurs flûtes de pan en échelles équiheptatoniques[1], c'est-à-dire dont chaque intervalle vaut approximativement 1/7e d'octave. De même, comme le montrent les travaux de Simha Arom et de son équipe entre 1986 - 1994 au sujet des systèmes d'intonation des pygmées Aka.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Intonation (music) » (voir la liste des auteurs).

  1. Hugo Zemp, CNRS, disque collection Musée de l'Homme, Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Devie : le tempérament musical
  • Pierre-Yves Asselin : musique et tempérament
  • Jean Lattard : gammes et tempéraments musicaux
  • Eric Emery : la gamme et le langage musical
  • Alain Daniélou : traité de musicologie comparée
  • S. Cordier : piano et justesse orchestrale ed. Buchet-Chastel 1982
  • Le « Tempérament égal à quintes justes », un système d'intonation du XXe siècle pour l'orchestre et le piano. (Extrait du livre de Serge Cordier : « Piano bien tempéré et justesse orchestrale » , éd. Buchet-Chastel, 1982), et commentaires