Hunga Tonga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hunga Tonga
Image satellite des îles Hunga Tonga et Hunga Ha‘apai le 2022.
Image satellite des îles Hunga Tonga et Hunga Ha‘apai le .
Géographie
Altitude 149 m[1]
Massif Tonga
Coordonnées 20° 34′ sud, 175° 23′ ouest[1]
Administration
Pays Drapeau des Tonga Tonga
Division Ha'apai
Géologie
Roches Andésite, andésite basaltique
Type Volcan de subduction
Morphologie Caldeira
Activité Actif
Dernière éruption 14-15 janvier 2022
Code GVP 243040
Géolocalisation sur la carte : Tonga
(Voir situation sur carte : Tonga)
Hunga Tonga

Hunga Tonga est un volcan sous-marin du royaume des Tonga dans le sud-ouest de l'océan Pacifique. En 2009, une éruption crée deux îles nouvelles nommées Hunga Tonga et Hunga Ha'apai qui sont reliées par un isthme en 2015. En 2022, une forte éruption le détruit et redivise l'île en deux.

Géographie[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Modèle 3D de la bathymétrie du volcan Hunga Tonga au 15 janvier 2022.

Hunga Tonga est situé à trente kilomètres au sud-sud-est de Fonuafo'ou, un autre volcan sous-marin, et à une soixantaine de kilomètres au nord-nord-ouest de Nukuʻalofa, la capitale du pays. Ce volcan sous-marin fait partie de l'arc volcanique Tonga-Kermadec. En janvier 2022, il s'élève à 1,8 km du fond de la mer, s'étend sur 20 km de large et est surmonté d'une caldeira sous-marine de 5 km de diamètre.

Île de Hunga Tonga Hunga Ha’apai en 2017.

Hunga Tonga et Hunga Ha'apai constituent la partie émergée de ce volcan[2] et de sa caldeira sous-marine. À partir de 2009, elle est morphologiquement constituée de deux îles au relief marqué, reliées en 2015 par un isthme à faible relief au milieu duquel se trouve un petit lac de cratère[3]. Elle mesure moins de 2 km2 pour 3 km de long, et son point le plus haut se situe à environ 150 m d'altitude. Elle est composée de téphras. En 2017, et en l'absence d'une nouvelle éruption, une étude scientifique estime la durée de vie de cette nouvelle île de l'ordre d'une dizaine d'années[4]. En 2022, l'île s'agrandit par dépôts successifs de tuf avant que le souffle radical de l'éruption du 14 janvier ne détruise l'isthme. Les deux îles sont alors de nouveau séparées et une partie de leurs roches a disparu[5].

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

Vue depuis le sommet de Hunga Tonga - Hunga Ha'apai en juin 2017.

Le Hunga Tonga aurait déjà eu une éruption massive il y a environ 1 000 ans et se serait formé sur une caldeira de 4 à 6 km de diamètre[6].

En 2009, le Hunga Tonga entre en éruption (en)[7],[6]. L'éruption débute par une phase sous-marine, puis le nouveau cône volcanique atteint la surface et les téphras s'accumulent entre deux îles préexistantes, Hunga Tonga et Hunga Ha'apai, pour finir par les relier par une mince langue de terre. Après quelques semaines l'érosion marine sépare de nouveau les deux îles[3].

Lors d'une nouvelle éruption entre le et le , un nouveau cratère émerge entre les deux îles situées sur le rebord de la caldeira principale[6]. Les énormes volumes de roches et de cendres crachés par le volcan finissent par raccorder les deux îles, donnant lieu à une île nouvelle[8]. Cette nouvelle terre est formée par des processus d'éruption hydromagmatique conduisant à la construction d'un volcan classique à cône de téphras avec de possibles coulées pyroclastiques de flanc[4].

En juin 2017, les explorateurs Cécile Sabau et Damien Grouille, à bord de leur voilier Colibri, parviennent à accoster sur l'île afin de réaliser des prélèvements de roche, des repérages GPS et des photographies 3D qui seront utilisés dans des recherches menées par le Dr James B. Garvin (en) de la NASA [9]. Ils réalisent également quelques-uns des rares clichés de l'île avant sa disparition dans l'éruption de 2022.

Éruptions de 2021-2022[modifier | modifier le code]

Nuage de cendres lié à l'éruption du Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, Tonga, .

Le , le volcan entre à nouveau en éruption. Le nuage de cendres émis est visible de Nukuʻalofa[10], et les explosions audibles jusqu'à 170 km de distance[11]. L'éruption initiale se poursuit jusqu'à h du matin le . L'activité volcanique se poursuit néanmoins, et le , des images satellite montrent que la taille de l'île s'est accrue[12].

L'activité volcanique cesse le [13] avant de reprendre le , le volcan émettant alors un nuage de cendres à une altitude de 17 km[14]. Une alerte au tsunami est émise[15],[16]. Le , le volcan connaît un regain d'éruption, avec un niveau de puissance environ sept fois plus important que le [réf. nécessaire]. L'explosion, de type phréatique[6], est entendue distinctement tant sur les îles Tonga que dans d'autres pays voisins, comme les îles Fidji ou la Nouvelle-Zélande et même jusqu'en Alaska. Une alerte au tsunami est à nouveau émise peu après 17 h 30 par le service météorologique des Tonga, et une vague submerge des zones côtières aux Tonga, atteignant 1,2 m à Nukuʻalofa, et 0,6 m dans les Samoa américaines[17]. Sur les îles les plus proches du volcan, des dégâts matériels importants sont constatés, en bord de mer de nombreuses habitations sont détruites[18], ailleurs des vitres sont brisées[19]. Le câble sous-marin de télécommunication qui relie les îles du Tonga au reste du monde est coupé. Une dizaine de jours après l'éruption le bilan officiel fait état de 3 morts[18].

L'éruption provoque une onde de choc qui fait tout le tour du globe. Des variations significatives de la pression atmosphérique sont mesurées par de nombreuses stations météorologiques, notamment dans le Var (France)[20]. Une variation de la pression atmosphérique de 2,5 hPa est également mesurée en Suisse[21].

Les explosions des 14 et 15 janvier, dues à la rencontre entre l'eau de mer et le magma, ont propulsé des matériaux jusqu'à 40 kilomètres d'altitude, voire jusqu'à 50 kilomètres, recouvrant les îles voisines de cendres. Ce sont des explosions de type surtseyenne[5].

Intérêt scientifique[modifier | modifier le code]

Comme l'île nouvelle de Surtsey, son paysage subit une évolution rapide. Les observations satellitaires permettent de quantifier l'érosion due à l'abrasion marine et à la perte de masse par les cyclones à des échelles fines de l'ordre du mètre ; ce qui rend possible la compréhension des différences évolutives avec l'île islandaise notamment à propos de la composition des cendres explosives et de l'absence de laves éruptives. Les différences dans les taux d'érosion par rapport à des reliefs d'apparence similaire sur la planète Mars permettent de construire des modèles théoriques afin de comprendre l'histoire géologique du volcanisme sur d'autres planètes[4].

La colonisation des paysages arides par diverses espèces d'arbustes, d'herbes, d'insectes et d'oiseaux est également un sujet d'étude scientifique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Hunga Tonga-Hunga Ha'apai », Global Volcanism Program
  2. (en) « Bathymetry Hunga Tonga-Hunga Ha’apai - 3D model by vizualism (@vizualism) [3be2112] » (consulté le )
  3. a et b Thomas Delano, Volcans, E/P/A Editions, , 336 p. (ISBN 978-2376711681)
  4. a b et c (en) JB Garvin et al., « The story of Hunga Tonga Hunga Ha'apai Island in the Kingdom of Tonga. », Apogeo Spring,‎ , p. 36-39 (lire en ligne)
  5. a b et c (en) « Dramatic Changes at Hunga Tonga-Hunga Ha‘apai », sur earthobservatory.nasa.gov, (consulté le )
  6. a b c et d « Que sait-on du volcan des Tonga qui a provoqué un tsunami dans le Pacifique ? », sur ouest-france.fr, (consulté le )
  7. (en) « Hunga Tonga-Hunga Ha'apai - Histoire éruptive », Global Volcanism Program
  8. Esther Buitekant, « Une île volcanique apparue il y a 4 ans accueille déjà une importante faune et flore », sur geo.fr, (consulté le ).
  9. https://www.researchgate.net/publication/324019773_Monitoring_and_Modeling_the_Rapid_Evolution_of_Earth%27s_Newest_Volcanic_Island_Hunga_Tonga_Hunga_Ha%27apai_Tonga_Using_High_Spatial_Resolution_Satellite_Observations, line 394
  10. Mary Lyn Fonua, « Air NZ funeral flight to Tonga cancelled as Hunga eruption continues » [archive du ], Matangi Tonga, (consulté le )
  11. « Undersea volcano sends plume of steam into the skies near Tonga », NewsHub,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Tonga volcano grows in size as eruption continues for sixth day », RNZ, (consulté le )
  13. « Hunga volcano quietens down, while pumice floats onto Tongatapu beaches » [archive du ], Matangi Tonga, (consulté le )
  14. « ash advisory for hunga tonga »
  15. « Tsunami Marine Warning for Tonga » [archive du ], Government of Tonga, (consulté le )
  16. « Underwater volcano Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai erupts again », RNZ, (consulté le )
  17. « Live updates: Tsunami warning for parts of NZ's North Island, waves crashing into Tonga », RNZ, (consulté le )
  18. a et b « « C’était apocalyptique » : douze jours après l’éruption volcanique, des habitants des îles Tonga témoignent », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Waves crash through homes in Tonga following massive tsunami warning », Stuff, (consulté le )
  20. « Météo : l'éruption volcanique sous-marine près des îles Tonga enregistrée jusque dans le Var par les stations météorologiques », (consulté le )
  21. (de) Jörg Kachelmann, « Unglaublich: Die Druckwelle aus #Tonga ist gerade in der Schweiz angekommen, 2,5 hPa Ausschlag. », sur Twitter,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]