Hermann Scheer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermann Scheer en 2005.

Hermann Scheer (né le à Wehrheim dans le Taunus et mort à Berlin le [1]) est un homme politique allemand. Docteur en sciences sociales et en économie, il a été un élu social-démocrate (SPD) au Bundestag. Il est récipiendaire d'un prix d'honneur du prix Nobel alternatif en 1999.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après son Abitur obtenu à Berlin en 1964, Hermann Scheer fait une école d'officier de 1964 à 1967. Dès 1965, il adhère au Parti social-démocrate. De 1967 à 1972, il étudie à l'Université de Heidelberg et l'Université libre de Berlin.

De 1972 à 1976, il est assistant scientifique à l'Université de Stuttgart puis, de 1976 à 1980, chercheur au Centre de recherche nucléaire de Karlsruhe, dans le domaine de l'analyse du système.

À partir de 1980, Hermann Scheer est membre du Bundestag. Avec Hans-Josef Fell, c'est lui qui est à l'origine de la loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG - Erneuerbare-Energien-Gesetz), accordant une priorité à ces énergies. Cette loi révolutionnaire, promulguée en avril 2000, met en place un tarif d'achat dédié. Elle est désormais copiée au niveau international, y compris en France. Aux USA, la forte autonomie des Etats rend difficile la mise en place d'un tel système au niveau fédéral. Les surcoûts énormes de cette loi pour les usagers allemands apparaîtront progressivement. Parce qu'il y a de plus en plus des parcs éoliens et de champs solaires, les coûts progressent. En 2017, le supplément EEG est de 6,88 cents le kilowattheure (kWh) plus la TVA. Cela apporte environ 25 milliards d'euros pour l'industrie de l'énergie verte et, en sus, 4,75 milliards d'euros pour le ministère des Finances allemand[2]. La loi EEG a eu pour conséquence que les consommateurs d'électricité paient des millions d'euros parce que la quantité d'électricité verte est produite sur quelques jours et que les centrales conventionnelles doivent s'arrêter brusquement et être remboursées. L'électricité verte excédentaire est payée par le consommateur de toute façon. Pour le seul premier trimestre de 2016, selon l'Agence fédérale des réseaux, les consommateurs d'électricité ont payé environ 148 millions d'euros pour cette alimentation fantôme[2].

Depuis 1993, il était membre du Conseil exécutif fédéral du SPD.

Hermann Scheer était président du Conseil mondial de l’énergie renouvelable (World Council for Renewable Energy) et de l’association Eurosolar.

Cet ingénieur spécialisé en énergie solaire, écrit dans son ouvrage Zurück zur Politik que : « nous devons combattre pour construire un ordre économique global permettant à chaque Etat de forger sa propre politique énergétique et écologique, afin de démanteler les monopoles en économie, en politique et dans les médias, de lutter pour imposer un nouvel ordre agricole débarrassé des monopoles céréaliers et des manipulations génétiques, pour restaurer l'agriculture écologique et créer des systèmes de communication respectueux de l'environnement. »

En 2007, dans son livre L'autonomie énergétique, Hermann Scheer expose sa réflexion à propos de la « No Future mentality », (la sinistrose du « No Future ») : « Rares sont ceux qui ont su expliquer lucidement les dangers, tout en indiquant tout aussi lucidement les solutions ».

Président honoraire de l'Association européenne pour les énergies renouvelables EUROSOLAR, Hermann Scheer fut aussi président honoraire du Conseil mondial des énergies renouvelables.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Hermann Scheer est récipiendaire d'un prix d'honneur du prix Nobel alternatif en 1999, « pour son travail infatigable pour la promotion de l'énergie solaire dans le monde. »[a 1].

L'engagement de Hermann Scheer est récompensé par de nombreux prix, entre autres :

En 2002, le magazine Time le nomme l'un des cinq 'héros du siècle vert" (Heroes for the Green Century).

  • 2004 prix mondial pour l'énergie éolienne,
  • 2005 SolarWorld Einstein Prix

Citation[modifier | modifier le code]

« Les énergies renouvelables sont inépuisables. Elles ne détruisent pas l'environnement. Elles sont disponibles partout. Leur utilisation facilite la solidarité avec les générations futures. Elles assurent l'avenir de l'humanité. »; Discours d'acceptation du prix Nobel alternatif 9 décembre 1999.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Hermann Scheer, Le solaire et l'économie mondiale, Actes Sud, (ISBN 978-2-7427-3094-0)
  • L'autonomie énergétique, une nouvelle politique pour les énergies renouvelables, Edition Actes Sud 2007, (ISBN 978-2742766970) [3]

Apparition :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (fr) von Lüpke / Erlenwein le "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, La Plage, Sète, 2008
  • Autres sources

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :