Henri Leproux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leproux.
Henri Leproux
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Paris
Décès (à 86 ans)
Pays de résidence Drapeau de la France France

Henri Leproux (né le 22 janvier 1928 dans le 10e arrondissement de Paris - décédé le ) est le créateur du Golf Drouot qu'il dirigea pendant 25 ans.

Avant Drouot[modifier | modifier le code]

À 18 ans, il rêve de devenir boxeur et gagne quelques combats amateurs avant de partir à l'armée à Blois où il occupe un poste d'opérateur radio. Pendant son service militaire, il sympathise avec un autre passionné de boxe, Doudou, qui est barman et l'aide une fois leur temps écoulé à être embauché au cabaret le Lido où il travaille. Henri Leproux y gagne quelques concours de préparations de cocktails... Colette, originaire de Blois[1], qui travaillait également au Lido l'introduira ainsi dans le milieu du show-business.
Henri épousera Colette en 1967, ils auront un fils, Robin Leproux[2]
C'est ainsi qu'Henri recueillera plus de 300 autographes de stars internationales du cinéma et du show business qu'il conservera soigneusement dans un carnet[3].

L’épopée Drouot[modifier | modifier le code]

Le Café d'Angleterre, rue Drouot à Paris, propose au premier étage un golf miniature. Henri Leproux en devient le barman... mais la clientèle se fait rare.
À la fin des années 1950, la jeune génération commence à écouter du jazz ou du rock 'n' roll venu des USA. Un jour quelques jeunes arrivent au Café d'Angleterre et parlent de musique américaine et de leur idole Elvis Presley. Henri Leproux sympathisent avec eux... les jeunes gens reviennent plusieurs fois et Henri décide de proposer à la propriétaire la transformation du golf miniature en discothèque. Adieu les clubs de golf, bonjour le club "Golf Drouot" et son juke-box "Seeburg". Et ça marche, car la musique est américaine ( les disques sont introuvables en France) et les consommations ne sont pas chères, pour privilégier la jeune clientèle.

En , un fidèle du Golf Drouot, Jean-Philippe Smet alias Johnny Hallyday, signe un contrat d'enregistrement et évidemment c'est à ses copains du Golf qu'il veux faire écouter en avant-première son premier 45-Tours T'Aimer follement.
Pour Henri Leproux c'est aussi une publicité extraordinaire pour l'établissement car les jeunes se passent le mot : il y a un endroit à Paris où l'on peut écouter du Rock'n Roll et en plus il y a aussi des français qui commencent à en jouer.

Près de 6000 groupes (amateurs ou professionnels) vont passer sur la scène du Tremplin du Rock (à partir de 1962 [4],[5]), les vendredis et samedi soirs, jusqu'à la fermeture de l'établissement en 1981.
Des dizaines de milliers de fans de rock, twist, ou pop, suivant les époques, montent les 40 marches de ce Temple du Rock de la rue Drouot pour être accueillis par Henri en personne et son épouse, Colette, à la caisse en haut de l'escalier. Pour beaucoup de jeunes ils sont en quelque sorte les parents rêvés qui comprennent leur amour de cette musique.
Des célébrités mondiales comme The Who (2 juin 1965) [6]. ou David Bowie (31/12/1965) [7] ou encore Free (Avril 1969) [8],feront un passage dans ce haut lieu devenu mythique.
En 1981, le Café d'Angleterre va laisser sa place à un fast-food. Une page de l'histoire du rock français se tourne définitivement.

Après Drouot[modifier | modifier le code]

En 1982 Henri Leproux raconte toute cette épopée dans le livre " Golf Douot, Temple du Rock" aux éditions Robert Laffont. Une fois l'heure de la retraite venue, le couple va vivre plusieurs années à Cheverny. Leur fils, Robin Leproux, est vice- président du directoire de la chaîne de télévision M6 et a présidé le Paris Saint-Germain de 2009 à 2011. Une plaque souvenir en hommage au Golf Drouot et à Henri Leproux est posée au 2 de la rue Drouot à Paris le 24 février 2014 à l'initiative du maire de Paris Bertrand Delanoë en présence de nombreuses vedettes.
Michel Jonasz, Alain Chamfort, Vigon, Danyel Gérard, Eric Bamy, entre autres ont participé à l’évènement[9].

Anecdote[modifier | modifier le code]

En 1981 Philippe Timsit, ex-assistant de Claude François écrit et sort le tube « Henri, Porte des Lilas »[10]. Si le texte, assez énigmatique, ne s’adresse pas à Henri Leproux lui-même, il rappelle l’ambiance qui pouvait exister au Golf Drouot et l’effervescence que ce lieu a pu susciter pour la jeunesse de l’époque :

"J'espère que tu te souviendras de moi Henri de la porte des Lilas J'étais le bassiste des Toreros J't'accompagnais au Golf-Drouot (...) On était presque des vedettes On jouait plus fort que les Chaussettes (...) C'était sûrement les plus belles années de ma vie J'y pense souvent aujourd'hui Souviens-toi de moi T'aurais pt'être du boulot pour moi Ça fait 20 ans qu't'es une idole En France, t'es l'roi du rock'n'roll Souviens-toi de moi J'étais sur scène à côté d'toi Avec nos guitares électriques On a fait changer la musique".

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]