Henri Garcet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Garcet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paul Henri[1] Garcet (Provins, -Paris, ), est un mathématicien français, cousin de Jules Verne, célèbre pour avoir participé aux parties scientifiques des romans De la Terre à la Lune et Autour de la Lune et pour avoir situé l’emplacement de départ de la Columbiad à ce qui est l'actuelle base de lancement de Cap Canaveral[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un notaire de Provins, Paul Augustin Victor Garcet (1777-1850) et de Masthie Antoinette Verne (1795-1870), sœur de Pierre Verne, le père de Jules, il fait ses études secondaires au lycée Saint-Louis. Après un 1er accessit de dissertation française et un premier prix de physique (1834), il est classé 3e au concours d'entrée à l'École normale supérieure (1835) et 34e à celui de l'École Polytechnique. Il obtient un 1er accessit de physique au Concours général et est nommé professeur de mathématiques en 1839 à Reims. Membre de l'Académie nationale de Reims dès sa fondation en 1841, il en démissionne le 5 novembre 1847[3].

Officier d'université (Palmes académiques), il enseigne ensuite les mathématiques à Paris au lycée Henri IV de 1847 à sa mort[4].

Henri Garcet accueille Jules Verne lors de son arrivée à Paris en 1848. Joseph Bertrand lui confie en 1863 la réédition et la révision de son Traité d'algèbre, qui sera éditée sous leurs deux noms en 1863 chez Hachette et sera réimprimé à seize reprises jusqu'en 1908.

En 1872, Jules Verne utilise sa Cosmographie pour son roman Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique australe et cite cet emprunt en note (chapitre VIII). De ses Éléments de mécanique, Verne extrait aussi l'équation du théorème des forces vives de Autour de la Lune.

Henri Garcet et sa femme Eugénie Lelarge ont eu deux enfants : Paul Augustin, dit Paul Garcet de Vauresmont, né à Reims le 28 septembre 1847 et mort en 1925 et Marie Berthe Antoinette, née le 29 août 1850 à Paris qui épousera en 1872 Antoine Joseph Charles Emmanuel Amand et dont est issu Henri Amand (1873-1967). Henri Garcet est donc le grand-père du célèbre premier international français de rugby[5].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Leçons nouvelles de cosmographie, Dezobry, E. Magdeleine et Cie (Charles Delagrave), 1853[7]
  • Éléments de mécanique à l'usage des candidats à l’École polytechnique et à l’École normale..., Dezobry, E. Magdeleine et Cie, 1856[8]
  • Traité d'algèbre, avec Joseph Bertrand, Hachette, 1863
  • Traité d'arithmétique, Ch. Delagrave, 1868[9]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Allotte de La Fuÿe, Jules Verne, sa vie, son œuvre, Kra, 1928, p. 173
  • St. Le Tourneur, Dictionnaire de biographie française, Letouzey et Ainé, vol. 15, 1982, p. 382
  • Jacques Crovisier, Les cousins Garcet et leur famille, Bulletin de la Société Jules Verne no 193, 2016, p. 8-25

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry dans les actes d'état-civil.
  2. Alexandre Tarrieu, Les 1000 yeux de Tarrieu, Revue Jules Verne no 21, Le Ciel astronomique, Centre international Jules Verne, 2006, p. 105
  3. Travaux de l'académie de Reims, vol. 46, 1890, p. 173
  4. Jacques Crovisier, réf. cit en bibliographie, p. 11
  5. Crovisier, op. cit, p. 22
  6. Bulletin des lois, partie supplémentaire, XXII, 1864, p. 561
  7. L'ouvrage est réédité huit fois jusqu'en 1880 puis réactualisé par le mathématicien Charles Simon, en 1881. Il est encore réimprimé en 1889, 1892 et 1896.
  8. Réédité en 1861, l'ouvrage faisait partie de la bibliothèque de Jules Verne. Voir à ce sujet : Volker Dehs, La Bibliothèque de Jules et Michel Verne, Verniana vol. 3, 2010-2011, p. 51-118
  9. Réédité à sept reprises de 1875 à 1892 avec corrections et révisions de Félix Vintéjoux.

Liens externes[modifier | modifier le code]