Henri Simonet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Henri François Simonet)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simonet.

Henri François Simonet, né à Bruxelles le et décédé le , fut Ministre d'État et bourgmestre PS d'Anderlecht entre 1966 et 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Faisant déjà partie de l'aile droite et atlantiste du PS, il quitte celui-ci en 1985 pour rejoindre le Parti réformateur libéral, où il tient des discours de plus en plus critiques sur la question de l'immigration[1].

Sous l'administration d'Henri Simonet, le visage d'Anderlecht se modifie. L'implantation de l'hôpital Erasme sur le territoire d'Anderlecht, pour laquelle il a particulièrement œuvré en tant que président du Conseil d'administration de l'ULB permet du même coup le développement économique de toute cette partie de la commune[réf. nécessaire].

En 1984, Henri Simonet décide d'abandonner la vie politique communale et Christian D'Hoogh lui succède au mayorat d'Anderlecht.

Après avoir été député PS du 2 juin 1966 au 5 janvier 1973 et du 25 janvier 1977 au 14 mai 1984, il devint député national belge pour le PRL du 13 octobre 1985 au 13 décembre 1987, ensuite sénateur jusqu'au 24 novembre 1991, puis à nouveau député fédéral jusqu'au 16 juin 1992, où il cède son siège à son fils Jacques.

Il fut également vice-président de la Commission européenne et ministre des Affaires étrangères et économiques.

Il fut administrateur de sociétés et professeur d'université, étant docteur en droit et en sciences économiques et financières et CRB Graduate Fellow (Colombia University, États-Unis).

Simonet fut ministre des Affaires étrangères, secrétaire d'État à l'Économie régionale, adjoint au Ministre des Affaires bruxelloises, ministre des Affaires économiques, membre et Vice-Président de la Commission des Communautés européennes.

Il fut officier de réserve.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Je n'efface rien et je recommence, Didier Hatier (Collection 'Politiques'), 1986.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]