Henri-Achille Zo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri-Achille Zo
Image dans Infobox.
Portrait gravé d'Henri-Achille Zo (avant 1904)
Figures contemporaines tirées de l'Album Mariani.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Père
Distinction
Le patio (1908), de Henri Achille Zo. Huile sur toile. Musée des beaux-arts de Pau.

Henri-Achille Zo est un peintre et illustrateur français, né à Bayonne le [1],[2], et mort à Onesse-Laharie le .

Il signe parfois ses dessins sous le nom d'Henri Zo.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Pelote basque à Pasajes de San Juan, localisation inconnue.

Henri-Achille Zo est d'abord l'élève de son père Achille Zo, qui dirigeait l'école des beaux-arts de Bordeaux, puis est admis en 1894 dans les ateliers des peintres Léon Bonnat et Albert Maignan à l'École des beaux-arts de Paris[3].

Avec son père, qui fut le co-initiateur de l'école de Bayonne[4], il partage une thématique commune : des scènes d'Espagne et de tauromachies.

Il obtient une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1900 et l’État lui octroie une bourse de voyage en 1901. Il expose au Salon des artistes français à partir de 1897 et remporte le prix national en 1905. Il expose régulièrement des oeuvres à la Société des amis des arts de Bordeaux de 1896 à 1934.

Il travaille à Paris aux peintures du théâtre national de l'Opéra-Comique, à celles de la chapelle Notre-Dame-de-Consolation construite en hommage aux victimes de l'incendie du Bazar de la Charité, et devient professeur à l'Académie Julian à Paris[5].

En 1903, il reçoit le prix Rosa Bonheur, puis le prix Trémont décerné par l'Institut. Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1910, sous le parrainage de son maître Léon Bonnat.

Il a illustré le Ramuntcho de Pierre Loti et les Nouvelles Impressions d'Afrique de Raymond Roussel (1932).

Henri-Achille Zo est mort le dans un accident de la route près d'Onesse-Laharie.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Illustration pour À la mer de Paul Margueritte (1906).
  • Charlotte Chabrier-Rieder, Les enfants du Luxembourg, ornée de 46 vignettes par Henri Zo, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1903.
  • Jules Clarétie, La Cigarette, avec 29 illustrations, Paris, Éditions A. Girard, 1906.
  • Paul Margueritte, À la mer, illustrations d'Henri Zo gravées sur bois par Gaspé, Piselli, etc., Paris, Librairie de la collection des dix / A. Romagnol, 1906.
  • Pierre Loti, Ramuntcho, suivi de Aziyadé, coll. « Grands romans complets illustrés », Paris, Pierre Lafitte, 1923.
  • Raymond Roussel, Nouvelles impressions d'Afrique [suivi de] L'âme de Victor Hugo, orné de cinquante-neuf dessins signés H.-A. Zo, Paris, Alphonse Lemerre, 1932.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Henri Zo », Joseph Uzanne, Figures contemporaines tirées de l'Album Mariani (dir. Angelo Mariani), Paris, Henri Floury, 1904, lire en ligne sur Gallica.
  • Henri Jeanpierre, « Henri Zo, peintre de la fête, 1873-1933 », dans Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, no 126, 1971, p. 269-296.
  • Laurent Busine, Raymond Roussel Contemplator Enim. Sur les Nouvelles impressions d'Afrique, ouvrage orné de 59 illustrations d'Henri-Achille Zo, Bruxelles, La Lettre volée, 1995.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Paris, Gründ, 2001 [lire en ligne]
  • Jacques Caumont, L'écheveau du cas Roussel, ouvrage orné de 59 Wilson-Lincoln d'après H.-A. Zo, Chalon-sur-Saône, Musée Nicéphore Niépce, 2000.
  • Étienne Rousseau-Plotto, "Portrait de Gabriel Deluc par Henri Zo (1913)", dans le Bulletin du Musée basque, n° 180, 2013, p.22-24.

Liens externes[modifier | modifier le code]