Hendrik Bary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hendrik Bary
Desiderius Erasmus-door Hendrik Bary.jpg

Portrait d'Érasme, gravé par Hendrik Bary en 1671

Naissance
Décès
Activité
GraveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Hendrik Bary, né en 1632 et décédé en 1707 à Gouda, est un graveur néerlandais du siècle d'or. Il est connu pour ses gravures représentant des portraits, des scènes de genre, des scènes religieuses et mythologiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hendrik Bary est né en 1632 à Gouda aux Pays-Bas[1].

Il étudie vraisemblablement la gravure auprès de Cornelis Visscher ou tout du moins, s'inspire-t-il de son style. Il est actif à La Haye de 1666 à 1667, et à Gouda, sa ville natale, de 1672 à 1707. Ses œuvres sont souvent signées « H. Bary » ou du monogramme « HB ». Il compose non seulement des portraits, mais aussi beaucoup de scènes historiques et de genre.

Il est le fils d'Hendrick Bary, un marchand de tabac, et de Heyltje Aerts. Bary est le disciple de Reinier van Persijn pour lequel il produit une estampe destinée au recueil Galeria Giustiniana. En 1657, ses gravures sont encore maladroites mais un portrait de son frère Aernout Carlier en 1658 apparaît comme bien meilleur ainsi que deux autoportraits, datés de 1659[2] et 1660[3].

Membre de la confrérie Pictura en 1666, il vit néanmoins à Gouda où il est le régent de la milice du pénitencier jusqu'en 1703. De son mariage, le 4 février 1676, avec Maria Suys, fille du bourgmestre Govert Suys, il a six enfants qu'il n'éduque pas vers l'art. Il est également inscrit en 1676 comme marchand de bois[3].

Il meurt le 16 février 1707 à Gouda[1].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mars 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Portraits :

David Vlugh
David Vlugh (1611-1673), Amiral de la flotte hollandaise

Sujets d'après divers maîtres ou d'après ses propres dessins :

Chirurgien
Un chirurgien opérant sur la tête d'un homme.
  • Neptune, allégorie
  • Une mère allaitant son enfant
  • Deux drôles, d'après Brouwer, H. Bary fec.
  • Une famille paysanne, d'après Pieter Aertsen
  • Le Baptême du Christ, d'après Maarten van Heemskerck[7]
  • Été et automne, sur une gravure, représentés par deux enfants dont l'un tient un épi de maïs, d'après Van Dyck
  • Jeune Femme endormie enivrée et un jeune homme rieur, d'après le même, 1670[8]
  • La Vieille Sorcière, d'après Frans van Mieris[9]
  • Jeune fille au chapeau à plumes, d'après Gerard ter Borch[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (nl) « Explore Hendrik Bary », sur rkd.nl (consulté le 20 mars 2017)
  2. (en) Alamy Limited, « Stock Photo - Self-portrait at the age of 19, Hendrik Bary, after 1659 - 1707 », sur Alamy (consulté le 21 mars 2017)
  3. a et b « Nieuw Nederlandsch Biografisch Woordenboek (NNBW) », sur resources.huygens.knaw.nl (consulté le 21 mars 2017)
  4. (nl) « Explore Hendrik Bary naar Reinier van Persijn naar toegeschreven aan Cornelis Ketel uitgegeven door Johannes Endenburg », sur rkd.nl (consulté le 21 mars 2017)
  5. (nl) « Explore Hendrik Bary naar Cornelis Ketel », sur rkd.nl (consulté le 21 mars 2017)
  6. (en) Harvard, « From the Harvard Art Museums’ collections Jacobus Batelier », sur www.harvardartmuseums.org (consulté le 21 mars 2017)
  7. « A Small Collection of 17th century etchings », sur Invaluable.com (consulté le 21 mars 2017)
  8. (en) Harvard, « From the Harvard Art Museums’ collections Young Woman Gone to Sleep over Her Wine », sur www.harvardartmuseums.org (consulté le 21 mars 2017)
  9. (nl) « Explore Hendrik Bary naar Frans van Mieris (I) uitgegeven door Clement de Jonghe », sur rkd.nl (consulté le 21 mars 2017)
  10. Hendrick Bary et Gerard ter Borch the Younger, Girl in a Plumed Hat (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(nl) Roeland van Eijnden, Geschiedenis der Vaderlandsche Schilderkunst, A. Loojes, (lire en ligne), p. 211.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :