Heinz Hoffmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heinz Hoffmann
Heinz Hoffmann, en décembre 1982.
Heinz Hoffmann, en décembre 1982.
Fonctions
Ministre est-allemand
de la Défense nationale
Prédécesseur Willi Stoph
Successeur Heinz Keßler
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 75 ans)
Nationalité Flag of East Germany.svg Est-allemand
Parti politique SED

Heinz Hoffmann

Heinz Hoffmann, né le à Mannheim et mort le à Strausberg (Brandebourg), est un général et homme politique est-allemand. De 1960 à 1985, il est ministre de la Défense nationale au sein du gouvernement de la RDA. À partir du 2 octobre 1973 et jusqu'à la même date, il est membre du Politburo du comité central du SED. Il est également député à la Volkskammer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Hoffmann était issu d'une famille d'ouvriers. Il fréquenta l'école élémentaire à Mannheim puis apprit le métier de réparateur auto entre 1925 et 1930 comme apprenti chez Motoren-Werken Mannheim. De 1926 à 1930 il fut membre de la Ligue des jeunes communistes d'Allemagne, puis du KPD. Il effectua plusieurs courts séjours en prison pour avoir pris part à des manifestations et s'être bagarré.

Émigration[modifier | modifier le code]

Après la prise de pouvoir des nazis (1933), il passa dans la clandestinité avant d'émigrer en Suisse (1935), puis en Union soviétique, où il fréquenta l’École internationale Lénine de Moscou. Il reçut une formation d'officier en 1936–1937 à l'Ecole militaire de Riazan et fut affecté en tant que lieutenant dans la 11e brigade internationale en Espagne. Sous le pseudonyme de „Heinz Roth“, il était à la fois commissaire politique et chef de batterie du bataillon Hans Beimler. Blessé, Hoffmann reçut des soins dans un hôpital militaire de Madrid, puis fut interné plusieurs mois dans un camp d'internement français à Eaubonne en région parisienne. Renvoyé en Union soviétique en avril 1939, il fut mis en convalescence jusqu'en 1940. Au mois de mars 1941, Hoffmann suivit les cours du centre de formation du Komintern à Pouchkino près de Moscou. Simultanément il collaborait avec la NKVD. De 1942 à 1944, Hoffmann enseignait dans les écoles Antifa, d'abord dans la région de Gorki, puis à Krasnogorsk. Il devint membre du Nationalkomitee Freies Deutschland. En 1945, Hoffmann dirigeait l’École n°12 du Parti à Moscou.

Fonctionnaire du parti dans la Zone occupée et en RDA[modifier | modifier le code]

Au mois de janvier 1946 il retourna à Berlin et devint d'abord le collaborateur de Wilhelm Pieck, puis de Walter Ulbricht. De 1950 à sa mort, Heinz Hoffmann fut député de la Volkskammer et à partir de 1952 membre du Comité central du SED. De 1973 à 1985, il fut membre du bureau politique de ce parti.

Directeur général de l'Éducation puis général de la Nationale Volksarmee[modifier | modifier le code]

Heinz Hoffmann en septembre 1969.
Diplômés de l'École militaire de Santé passés en revue par Erich Honecker et Heinz Hoffmann, le 27 octobre 1980.

En 1949 Hoffmann fut chargé du réarmement de la RDA. Il fut d'abord Vice-président de l'administration allemande de l'Intérieur et directeur du département des affaires politiques et culturelles avec rang d’inspecteur général. En 1950 wil était nommé directeur du département de l’Éducation et par là Ministre en exercice de l'Intérieur. Il forma le 1er juillet 1952 une « milice encasernée » (Kasernierten Volkspolizei, KVP), noyau de la future Volksarmee, et fut promu général de corps d'armée le 1er octobre 1952. De 1955 à 1957, Hoffmann étudia à l'Académie militaire de l’État-major des Forces Armées Russes, et n'était donc pas en RDA lorsque la Nationale Volksarmee fut instituée.

À son retour d'Union soviétique, il fut ministre plénipotentiaire de la Défense Nationale (1957–1960) puis chef de l’état-major (1958–1960). En 1959, il fut promu général de corps d'armée et en 1961 général d'armée, prenant la succession de Willi Stoph comme Ministre de la Défense Nationale de RDA. et devenant par là-même membre du Conseil de Défense de la RDA.

Couvre-feu[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre 1961, Hoffmann donna ordre aux troupes frontalières de tirer à volonté sur les transfuges une fois les sommations d'usage faites, et lorsqu'il n'était pas possible de s'en saisir autrement. Dans son discours, qui a été filmé, Hoffmann déclarait[1] :

« Celui qui ne respecte pas nos frontières recevra une balle en réponse. »

— Heinz Hoffmann

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. « Wer die Grenze nicht respektiert bekommt die Kugel », Berliner Morgenpost,‎ (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]