Hanan ben Hanan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hanan ben Hanan (חנן בן חנן), ou Ananos Ananou (Ἄνανος Ἀνάνου), mort en 68 EC, est un grand prêtre du Temple de Jérusalem, fils du grand prêtre Hanan ben Seth. Il est connu pour avoir fait exécuter Jacques le Juste, le « frère de Jésus », par lapidation.

Biographie[modifier | modifier le code]

La mort de Jacques le Juste est relatée par Flavius Josèphe dans ses Antiquités juives (XX, 197-203) ainsi que par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique (II, 1 et 23) ou encore par des sources telles que les Ascensions de Jacques et les Reconnaissances[1],[2]. Flavius Josèphe fait d’ailleurs l'éloge de Hanan ben Hanan, dont il mentionne les talents d’orateur et l'attachement à la démocratie[3].

En 62, Hanan ben Hanan, qui appartient au mouvement des sadducéens, profite d'une période d’anarchie à Jérusalem entre la mort du procurateur de Judée Festus et l'arrivée de son successeur Albinus pour faire lapider Jacques, car il le soupçonne d'être lié aux zélotes[1]. Toutefois, cette initiative n'est pas appréciée par le pouvoir romain : sitôt entré en fonction, Albinus obtient du roi Hérode Agrippa II que Hanan soit destitué de sa charge de grand prêtre[1], charge qu’il n’aura exercée que quelques mois. Son successeur sera Josué ben Damnée, lui-même déposé avant la fin de l’année.

Hanan meurt assassiné par les zélotes en 68.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Simon Claude Mimouni, Les Chrétiens d'origine juive dans l'Antiquité, Albin Michel, 2004 (ISBN 978-2-226-15441-5), p. 137-138.
  2. Les sources utilisées par Eusèbe fournissent des récits divergents de la mort de Jacques mais s'accordent à présenter son martyre comme le résultat de la « haine des Juifs ». Cf. André Benoit, « Les personnages de l'Évangile nommés Jacques », in Pierre Geoltrain (dir.), Aux origines du christianisme, Folio/Histoire, 2000 (ISBN 978-2-07-041114-6), p. 246-250.
  3. La Guerre des Juifs, IV, 5, cité par Louis H. Feldman et Gohei Hata, Josephus, the Bible, and History, Brill, 1989, p.  203.

Articles connexes[modifier | modifier le code]