Halles Saint-Géry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Halles Saint-Géry
Halles Saint-Géry 01.JPG
Présentation
Destination initiale
marché couvert
Destination actuelle
Lieu d'exposition
Style
Architecte
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Ville
Adresse
place Saint-Géry (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Accès et transport
Tramway
Tram(3)(4)(32) Bourse
Autobus
Bus(48)(95) Plattesteen
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bruxelles
voir sur la carte de Bruxelles
Red pog.svg

Les Halles Saint-Géry (en néerlandais : Sint-Gorikshallen) sont un ancien marché couvert situé en plein centre de Bruxelles au cœur d’un quartier chargé d’Histoire. Les Halles Saint-Géry sont une Agora emblématique dédiée à ce qui a fait et continue de singulariser la Région de Bruxelles-Capitale. Centre d’expositions et de manifestations basé en plein cœur du pentagone, monument classé, les Halles incarnent l’un des symboles majeurs de la Région. L’institution qui l’anime a pour mission de valoriser les traits de démarcation du cadre de vie bruxellois et de son identité urbaine. Il contribue à la connaissance des patrimoines matériels et immatériels, à la valorisation tout autant des bien matériels conservés, qu’aux significations que les individus leurs attachent et à ce qu’elles représentent.

Le Parti populaire européen le 18 novembre 2011[1].

À l'origine : l'île Saint-Géry[modifier | modifier le code]

C’est à cet endroit que se trouvait la plus grande île formée par la Senne, l’île Saint-Géry nommée en souvenir de saint Géry, évêque de Cambrai qui y aurait bâti une chapelle vers l’an 580. La chapelle, devenue église Saint-Géry, accueille au Xe siècle les reliques de sainte Gudule morte deux siècles plus tôt, elles seront plus tard transférées dans l’ancienne église Saint-Michel qui deviendra la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule.

C’est là également que la tradition situe l’emplacement du premier castrum des ducs de Lotharingie qui marque au Xe siècle la naissance de la ville de Bruxelles mais dont les vestiges n’ont pas été retrouvés.

XVIIIe siècle, place publique[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle, sous le régime révolutionnaire français, l’église gothique de la fin du Moyen Âge qui avait remplacé l'église primitive est rasée. À son emplacement, la Ville de Bruxelles aménage une place publique au centre de laquelle est installée une fontaine, surmontée d’un obélisque datant de 1767, récupérée de la cour de l’abbaye de Grimbergen.

Les Halles Saint-Géry

XIXe siècle, marché couvert[modifier | modifier le code]

Le lieu est utilisé comme place de marché tout au long du siècle suivant ; il est finalement décidé d’y construire un marché couvert. Œuvre de l’architecte Adolphe Vanderheggen, le bâtiment est inauguré en 1882. Le bâtiment de style néorenaissance flamande est un remarquable exemple architectural de la conception de halles. L’intérieur, qui inclut l’ancienne fontaine, comportait quatre rangées de doubles étals de pierre bleue. La structure de l’édifice est métallique.

Le marché Saint-Géry prospère ensuite jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Délaissé ensuite par les commerçants, il est finalement fermé en 1977. Le quartier pourtant proche du centre-ville périclite, de nombreuses maisons sont à l’abandon.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Malgré un classement du bâtiment en 1987 et plusieurs tentatives de réaffectation commerciales ou culturelles sans lendemain, il faut plus de vingt ans pour que les halles bénéficient d’une réhabilitation définitive.

Depuis 1999, les Halles Saint-Géry sont une Agora emblématique dédiée à ce qui a fait et continue de singulariser la Région de Bruxelles-Capitale.

Centre d’expositions et de manifestations basé en plein cœur du pentagone - monument classé - les Halles incarnent l’un des symboles majeurs de la Région. L’institution qui l’anime a pour mission de valoriser les traits de démarcation du cadre de vie bruxellois et de son identité urbaine. Elles contribuent à la connaissance des patrimoines matériels et immatériels, à la valorisation tout autant des biens conservés, qu’aux significations que les individus leurs attachent et à ce qu’ils représentent. Depuis sa création, les HSG traduisent une certaine vision de la Cité, une cité ouverte et pluriculturelle. Elles sont l’archiviste du signifiant de la Région de Bruxelles.

La Halles S-G « Touch » se révèle être le parti pris résolu au profit de l’insolite et de l’inédit : de l’intime à l’officiel, de l’underground au consacré. L’approche qui y est défendue se veut résolument ancrée dans son époque.

Agora populaire, elles donnent à découvrir le « Spécimen Bruxelles » dans son origine et ses mutations. Une Région irriguée de communautés patrimoniales plurielles irréductible à un dénominateur commun – qui intrigue autant qu’elle fascine constituée d’une capitale irrévérencieuse devenue « Ville mondiale ».

Espace unique en son genre, elles s’engagent au bénéfice d’une vision inclusive du patrimoine en déployant une programmation hybride composée d’expositions, de salons, de conférences, de journées d’études, de performances, de concerts, de développement de contenus numériques... Elles contribuent à tisser des synergies entre les composantes d’une Région aux multiples facettes. Pôle ressource, elles rassemblent différents bureaux d’information, comme le centre urbain.

Par leur architecture exceptionnelle, elles offrent un cadre hautement symbolique au bénéfice de manifestations initiées par des opérateurs publics et privés.

Dotées d’une librairie rassemblant des ouvrages référents sur la Région de Bruxelles émanant de la Direction des Monuments et Sites entre autres, les Halles mènent également une politique éditoriale qui se manifeste par la publication d’un fanzine papier et virtuel et d’éditions ponctuelles et ce en partenariat avec le réseau académique et des collectifs d’artistes.

En phase avec la société civile, elles entreprennent un important travail de médiation.

Basées au cœur même de Bruxelles, dans un quartier qui fut le théâtre de l’édification de la capitale - l’îlot Saint-Géry ; le programme des HSG se déploient sur plus de 2 000 m² de salles d’expositions à l’ossature métallique ; elles sont ouvertes de 10h00 à 2h00, 7 jours sur 7, fréquentées par plus de 250 000 visiteurs par an. Leurs expositions gratuites sont accessibles jusque 2h00 pour celles en galerie et pour celles en mezzanine jusque 18h00 avec les jeudis des nocturnes jusqu’à 22h. Le Café des Halles - bar / resto – est accessible en journée et en soirée et propose une carte composée de produits made in Région de Bruxelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]