Hélène Gisserot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gisserot.
Hélène Gisserot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Procureur général près la Cour des comptes
-
Jean-François Bénard (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
Nom de naissance
Hélène VelluzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Hélène Gisserot (née en 1936) est une haute fonctionnaire et magistrate française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Hélène Gisserot naît Velluz[1] le dans le XIIIe arrondissement de Paris[2].

Elle est licenciée en droit[1], diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (section Service public, promotion 1956)[3] et ancienne élève de l'École nationale d'administration (promotion Alexis-de-Tocqueville, 1960)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle fait ses débuts comme auditeur à la Cour des comptes en 1960[2]. Elle devient ensuite avocat général (1979), premier avocat général, puis procureur général près cette cour (1985), étant la 1re femme nommée à ce poste[2].

En parallèle, elle occupe des fonctions relatives au droit des femmes[2]. De 1974 à 1978, elle préside, sous l'égide de Françoise Giroud, secrétaire d'État chargée de la Condition féminine, le Groupe de travail relatif aux problèmes posés aux couples par les mutations professionnelles dans les secteurs public et privé[2]. En 1986, elle est nommée par Philippe Séguin à la tête de la délégation à la Condition féminine, une « structure hybride, administrative, mais disposant des outils d'un ministère » qu'elle dirige jusqu'en 1988[2]. En 1995, elle prépare la participation de la France à la quatrième conférence mondiale sur les femmes, qui se tient à Pékin[2].

En , elle signe le Manifeste pour la parité, qui paraît dans L'Express et exige « autant de femmes que d’hommes dans les partis, à l’Assemblée et au gouvernement »[4].

« Catholique engagée », elle est membre du conseil d'administration de la Fondation Notre-Dame[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hélène Gisserot », sur whoswho.fr, .
  2. a b c d e f g h et i Bard 2017.
  3. « Hélène Gisserot », sur sciences-po.asso.fr.
  4. Yvette Roudy, « Simone Veil ne sera plus là pour aider les femmes », sur lemonde.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]