Gyula Horn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gyula Horn
Illustration.
Gyula Horn, en 2007.
Fonctions
Premier ministre de Hongrie

(3 ans, 11 mois et 21 jours)
Président Árpád Göncz
Gouvernement Horn
Coalition MSzP-SzDsZ
Prédécesseur Péter Boross
Successeur Viktor Orbán
Président du Parti socialiste hongrois

(8 ans, 3 mois et 9 jours)
Prédécesseur Rezső Nyers
Successeur László Kovács
Ministre des Affaires étrangères hongrois

(1 an et 13 jours)
Premier ministre Miklós Németh
Prédécesseur Péter Várkonyi
Successeur Géza Jeszenszky
Membre de l'Assemblée nationale de Hongrie

(23 ans)
Biographie
Nom de naissance Horn Gyula
Date de naissance
Lieu de naissance Budapest, Hongrie
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Budapest, Hongrie
Parti politique MSzMP (jusqu'en 1989)
MSzP
Diplômé de Université de Rostov
Profession Diplomate

Signature de Gyula Horn

Gyula Horn
Premiers ministres de Hongrie

Gyula Horn est un homme d'État hongrois, né le à Budapest et mort le dans la même ville, connu pour être « celui qui a déchiré le Rideau de fer[1] ».

Études[modifier | modifier le code]

Horn est né à Budapest en 1932 en tant que troisième enfant de Géza Horn, ouvrier des transports, d'origine juive et d'Anna Csörnyei, ouvrière d'usine. La famille vit dans des conditions de pauvreté dans le domaine dit "Barrack" entre Nagyicce et Sashalom. Les époux ont sept garçons. Après l'occupation allemande de la Hongrie, son père est enlevé par la Gestapo en 1944 en raison des activités communistes et n'est jamais rentré chez lui.

Gyula Horn fit des études techniques en Hongrie puis fut diplômé de l'université de Rostov-sur-le-Don en économie et en finances en 1954. Il termine l'académie politique du Parti socialiste ouvrier hongrois (MSZMP) en 1970. Il obtient un doctorat en sciences économiques en 1977.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1954, Horn rejoint le Parti communiste hongrois, alors appelé Parti des travailleurs hongrois (MDP). En novembre 1956, il aide à réorganiser le MDP en Parti socialiste ouvrier hongrois (MSZMP), qui, sous la direction de János Kádár, a écrasé la révolution hongroise de 1956 qui s'était élevée contre l'occupation soviétique et le régime communiste.

Fonctionnaire au ministère des Finances de 1954 à 1959 sous le régime communiste hongrois, Gyula Horn passa au ministère des Affaires étrangères en 1959, travailla aux ambassades de Yougoslavie et de Bulgarie pour finalement arriver à la tête du ministère en 1983 puis comme secrétaire d'État en 1986 et enfin ministre des Affaires étrangères en 1989 dans le gouvernement de Miklós Németh.

Le , il « ouvre » le rideau de fer avec son homologue autrichien Alois Mock, en coupant les barbelés à la frontière entre les deux pays[2]. C'est aussi lui qui déclare le que les autorités hongroises laisseront passer à la frontière tous les citoyens d'Allemagne de l'Est que l'Autriche accepte d'accueillir sans visa. Cette ouverture de la frontière a alors un rôle déterminant dans la chute du régime est-allemand et la réunification allemande. En tant que ministre des Affaires étrangères, c'est également lui qui prépare, puis signe en , l'accord de retrait de Hongrie des troupes soviétiques. En 1990, il est lauréat du Prix International Charlemagne.

Il est l'un des fondateurs du MSZP en 1989 pour en devenir le président en 1990.

Il est Premier ministre de 1994 à 1998 après la victoire des socialistes du MSZP aux élections législatives[3].

Il meurt le des suites d'une longue maladie[4],[5].

Son rôle en 1956[modifier | modifier le code]

Bien que le programme d'austérité budgétaire sous son gouvernement ait fortement érodé sa popularité, la partie la plus controversée de sa vie est son rôle après la révolution de 1956, qui a débuté le 23 octobre et a été écrasée dans les jours qui ont suivi le 4 novembre.

À la fin du mois d'octobre 1956, il a rejoint la Garde nationale, le corps armé de la révolution composé de soldats, de policiers et de combattants favorables au régime communiste. En décembre, il rejoint les brigades « pufajkás » (en allemand Steppjackenbrigade), un corps paramilitaire communiste mis en place pour aider les troupes soviétiques d'invasion à restaurer le régime communiste. Il y servit jusqu'en juin 1957[6]. Son rôle présumé est controversé dans certains cercles parce que ces escouades ont été accusées d'avoir participé à la torture, au harcèlement et même à l'exécution de civils pendant et après le soulèvement[7].

Le rôle précis de Horn dans l'écrasement de la révolution n'est pas clair car les rapports de sa brigade comportent des lacunes ; cependant, en 1957, il reçut le prix « Pour le pouvoir ouvrier-paysan », qui n'était décerné qu'à ceux dont les services procuraient satisfaction. Quand des décennies plus tard, déjà en tant que Premier ministre, il fut interrogé et critiqué sur cette partie de sa vie, il répondit seulement : « J'étais un pufajkás. Et alors? »[8]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :