Guy François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Guy François (footballeur haïtien).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
Guy François
Guy François - Ste Marie-Madeleine pénitente.jpg
Sainte Marie-Madeleine pénitente
1620-1630) Musée du Louvre
Naissance
Décès
Activité

Guy François (Le Puy-en-Velay, v. 1578-1650) est un peintre français marqué par la leçon du caravagisme et dont l'œuvre est principalement religieuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Madone et saints (1626)
Bourg-en-Bresse

On ignore tout de la formation de Guy François[1], mais on le retrouve à Rome en 1608, où il est membre de l'Académie de Saint-Luc. En 1613, il est de retour au Puy-en-Velay. Il ouvre un atelier, où travailleront son fils, Jean, et des peintres locaux, comme François Lombard, natif de Saint-Flour, ou Jean Solvain. Il reçoit beaucoup de commandes du clergé, mais aussi de grandes familles locales, comme les Polignac ou les La Rochefoucault.

À la mort de Guy François, survenue en 1650, c'est son fils Jean qui lui succède à la tête de son atelier.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il peint une Adoration des bergers (thème qui revient souvent dans sa production) pour l'église du couvent des Récollets de Nyons. Il est également l'auteur de l'ex-voto de l'église Saint-Roch de Domeyrat, le Couronnement de la Vierge (avec un hommage au Saint Roch montrant ses plaies de Carlo Saraceni). Il peint pour la chapelle du collège des Jésuites de sa ville natale une Crucifixion, signée et datée de 1619, une Vierge apparaissant à saint Ignace de Loyola (sans doute postérieure puisque saint Ignace ne fut canonisé qu'en 1622), et une Adoration des Bergers.

Il reçoit en 1623 la commande d'une Présentation au Temple pour le collège des Jésuites de Cahors (aujourd'hui dans la sacristie de la cathédrale de Cahors). Il peint vers 1625-1630, un Saint Bruno en extase[2] pour l'église Saint Bruno de Bordeaux, et vers 1620-1630.

  • Sainte Marie-Madeleine pénitente (1620 - 1630), huile sur toile, 105 × 83 cm, Musée du Louvre, Paris[3]
  • Vierge à l'Enfant avec saint Joseph, saint Bruno et sainte Hélène (tableau d'église 1626), huile sur toile, 214 × 156 cm, Bourg-en-Bresse, musée de Brou[4]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Lien interne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Félicie Pérez, Guy François : Le Puy, 1578 ? - 1650, catalogue d'exposition, Le Puy, musée Crozatier, 1974.
  • Marie-Félicie Pérez, « Bilan de l'exposition Guy François », Revue du Louvre, 1974-6 p. 468-472.
  • Bruno Saunier, Guy François et l'art de la réalité in les Dossiers de l'art, 2001
  • La peinture religieuse de Guy François, documentaire sur Vimeo http://vimeo.com/27948808
  • François-Xavier Amprimoz, Un tableau inédit attribué à Guy François : saint Polycarpe de Smyrne et saint Ignace d’Antioche (de 1614) : in Cahiers de la Haute-Loire 1984, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire,

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est souvent désigné comme Guy François II, pour le distinguer de son frère cadet, Guy François I, lui-même peintre
  2. Un autre titre est : Saint BRuno à Squillace
  3. Ste Madeleine, Louvre (atlas)
  4. Madone et saints, Bourg-en-Bresse (joconde)