Guiorgui Ougoulava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guigui Ougoulava
გიგი უგულავა
Illustration.
Guigui Ougoulava en 2007
Fonctions
Maire de Tbilissi
Successeur Sevdia Ugrekhelidze (interim), puis Davit Narmania
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Tbilissi (RSS de Géorgie)
Nationalité géorgienne
Parti politique Mouvement national uni (2003-2017)
Géorgie européenne (depuis 2017)

Guiorgui Ougoulava, dit Guigui, (en géorgien : გიგი უგულავა, en phonétique guigui ougoulava)[1], né le , à Tbilissi, a été maire de la capitale géorgienne de 2005 à 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

De 1992 à 1994, Guiorgui Ougoulava étudie au Séminaire de théologie de Tbilissi et de 1995 à 1997 à l’Université de Sarrebruck[2],[Note 1]. En 1998, il est diplômé de philosophie et de sociologie à l’Université d'État de Tbilissi.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière comme journaliste et œuvre pour différentes institutions internationales et organisations non-gouvernementales, Transparency International (1997 à 1999), Eurasia Foundation[3] (2000), World Bank Association of Legal and Public Education (2001 à 2003) et participe à la création du mouvement Kmara (Assez) qui sera le fer de lance de la Révolution des Roses.

Politique[modifier | modifier le code]

Engagé dans la vie politique dès 2003 auprès de Mikheil Saakachvili, il devient vice-ministre de la Sécurité dans son premier gouvernement, puis gouverneur de la région administrative de Mingrélie-et-Haute-Svanétie, avant de prendre le la direction de l’administration présidentielle.

Le , il est nommé maire de Tbilissi. Le , il est élu à cette fonction par l’assemblée locale, la fonction étant devenue élective. Le , il est réélu avec plus de 60 % des suffrages[4]. Le , après la défaite du Mouvement national uni aux élections législatives d’octobre 2012 et la formation d’un gouvernement issu de la coalition Rêve géorgien dirigé par Bidzina Ivanichvili, une enquête judiciaire est ouverte à son encontre pour « dilapidation de fonds publics, légalisation de revenus illégaux, création d’emplois fictifs et saisie frauduleuse d’une chaine de télévision »[5]. Le , la Cour de Tbilissi le suspend de sa fonction au profit de son adjoint Sevdia Ugrekhelidze, nommé par interim[6].

Prison[modifier | modifier le code]

Le , il est arrêté sur l’aéroport de Tbilissi et incarcéré[7] et condamné à 4 ans et 6 mois de prison ferme[8].

Le , il est libéré après que la Cour d’Appel de Tbilissi ait maintenu les accusations d’abus de pouvoir mais l’ait acquitté des accusations de blanchiment d’argent, et ait ramené sa peine à 3 ans et 3 mois[9].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Guiorgui Ougoulava est marié et a trois enfants. Il parle géorgien, russe, anglais et allemand.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Élu à la tête de la capitale géorgienne, Guiorgui Ougoulava développe l'accord de coopération existant entre les trois villes de Sarrebruck, Nantes et Tbilissi.

Références[modifier | modifier le code]