Grotte des Sept Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte des Sept salles
Entrée 7 Salles 01.jpg
Une entrée de la grotte des Sept Salles.
Localisation
Coordonnées
Pays
Région française|Région
Département
Vallée
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
225 m
Longueur connue
1 235 m
Période de formation
Plus de 300 000 ans
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Grand Est
voir sur la carte de Grand Est
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

La grotte des Sept Salles est une grotte située sur le territoire de la commune de Pierre-la-Treiche, en rive droite de la Moselle. C'est la troisième plus grande cavité naturelle du département de Meurthe-et-Moselle pour ce qui est du développement connu[1].

Cette grotte faisait partie initialement d'un endokarst situé sous le fond de la vallée de la Moselle ; cet endokarst a été recoupé lorsque la rivière s'est encaissée. Avant sa capture par la Meurthe, la Moselle a participé à la création et à l'élargissement de l'ensemble des grottes puis à leur comblement avec ses alluvions.

Historique[modifier | modifier le code]

Christian Chambosse découvre cette cavité le . Il remarque des traces de passage qui prouvent que des inconnus ont exploré la première Salle. Il baptise la grotte après avoir exploré et parcouru sept vastes salles.

À partir de la fin des années 1940 les explorations deviennent plus systématiques. Elles débutent avec les membres du Clan des Montenlairs (groupe des Éclaireurs de France : Robert Chevallereau, Jean Colin, Henry Dégoutin et Claude Étienne), qui découvrent toute la « partie gauche » (Boyau Supérieur et Galeries Supérieures) appelée depuis « ancien réseau »[2].

Michel Louis (°1937 - †2001), accompagné tout d'abord par les membres de l'équipe spéléo du Foyer rural de Choloy puis par ceux du Cercle lorrain de recherche spéléologique (C.L.R.S., Nancy), découvre dans les années 1970-1980, la « partie droite » (Nouvelle Salle, salle Pourrie, salle des 3 Blaireaux, salle des Dents de Cochon, galerie des Géodes, galerie Nord, la Barrière, fracture des Dingues, Les Lombrics) appelée aussi « nouveau réseau » et ouvre la deuxième entrée.

Afin de faciliter l'accès à l'ancien réseau pour les travaux au fond des galeries, l'USAN creuse une troisième entrée en 1996. C'est un puits de 6 m de profondeur allant de l'extérieur à la Galerie Supérieure et appelé le puits Chouchen[3],[notes 1].

Entre juillet 2009 et septembre 2010 un ou plusieurs inconnus abattent la Barrière et purgent le plafond de la salle d'Effondrement rendant inaccessibles la galerie des Lombrics[4].

Début de galerie de la grotte des Sept Salles.

Classement spéléologique[modifier | modifier le code]

L'ensemble de la cavité est de classe 1, à l'exception de quelques parties (entrée 3 « puits Chouchen ») de classe 2.

Faune[modifier | modifier le code]

Les entrées de la grotte abritent une faune troglophile comprenant notamment l'araignée Meta menardi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Chambosse, Chr. (1937) - « Découverte spéléologique - Une nouvelle caverne », L'avenir toulois 22e année no ? (), journal hebdomadaire, Impr. moderne, Toul, p. 1
  • (fr) Losson, B. (2003) - Karstification et capture de la Moselle (Lorraine, France) : vers une identification des interactions, Thèse de doctorat de géographie, Université de Metz, 510 pages + annexes (196 pages) et planches (94 pages)
  • (fr) Louis, M. (1988) - « Rétrospective d'une découverte, Grotte des 7 Salles, Pierre-la-Treiche », Spéléo L no 14 (ISSN 0758-3974), LISPEL, Tomblaine, p. 31-35
  • (fr) Louis, M. & Lehmuller, D. (1966) - Travaux et recherches spéléologiques tome III - "Contribution à l'avancement du catalogue des cavités de Meurthe-et-Moselle", USAN et A.S.H.M., Nancy, vol. 1 p. 96-97 + planches 26K et 26L dans vol. 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'un des membres était Breton et le puits est au pied d'un chêne : le « puits sous le chêne » est devenu le « puits Chouchen »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Grottes-Gouffres : Genèse des cavernes et cavités du département », sur le site du Comité départemental de spéléologie de Meurthe-et-Moselle (C.D.S. 54) (consulté le )
  2. (fr) Prévot, D. (1998) - « Les anciens : Robert CHEVALLEREAU », Le P'tit Usania no 2 (ISSN 1292-5950), USAN, Nancy, p. 1
  3. (fr) Prévot, D. (1997) - « Une 3ème entrée à la grotte des 7 Salles », Spelunca 5e série no 65, F.F.S., Lyon, p. 8
  4. (fr) Prévot, Chr. (2010) - « Purge aux 7 Salles », Le P'tit Usania no 147 (ISSN 1292-5950), USAN, Nancy, p. 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]