Grotte des Sept Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte des Sept Salles
Entrée 7 Salles 01.jpg
Une entrée de la grotte des Sept Salles
Localisation
Coordonnées
Adresse
Vallée
Vallée de la Moselle
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
225 m
Longueur connue
1 235 m
Période de formation
Plus de 300 000 ans
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

La grotte des Sept Salles est une grotte située sur la commune de Pierre-la-Treiche, en rive droite de la Moselle. C'est la troisième plus grande cavité naturelle du département de Meurthe-et-Moselle pour ce qui est du développement connu[1].

Cette grotte faisait partie initialement d'un endokarst situé sous le fond de la vallée de la Moselle ; cet endokarst a été recoupé lorsque la rivière s'est encaissée. Avant sa capture par la Meurthe, la Moselle a participé à la création et à l'élargissement de l'ensemble des grottes puis à leur comblement avec ses alluvions.

Historique[modifier | modifier le code]

Christian Chambosse découvre cette cavité le . Il remarque des traces de passage qui prouvent que des inconnus ont exploré la première Salle. Il baptise la grotte après avoir exploré et parcouru sept vastes salles.

À partir de la fin des années 1940 les explorations deviennent plus systématiques. Elles débutent avec les membres du Clan des Montenlairs (groupe des Éclaireurs de France : Robert Chevallereau, Jean Colin, Henry Dégoutin et Claude Étienne), qui découvrent toute la « partie gauche » (Boyau Supérieur et Galeries Supérieures) appelée depuis « ancien réseau »[2].

Michel Louis (°1937 - †2001), accompagné tout d'abord par les membres de l'équipe spéléo du Foyer rural de Choloy puis par ceux du Cercle lorrain de recherche spéléologique (C.L.R.S., Nancy), découvre dans les années 1970-1980, la « partie droite » (Nouvelle Salle, salle Pourrie, salle des 3 Blaireaux, salle des Dents de Cochon, galerie des Géodes, galerie Nord, la Barrière, fracture des Dingues, Les Lombrics) appelée aussi « nouveau réseau » et ouvre la deuxième entrée.

Afin de faciliter l'accès à l'ancien réseau pour les travaux au fond des galeries, l'USAN creuse une troisième entrée en 1996. C'est un puits de 6 m de profondeur allant de l'extérieur à la Galerie Supérieure et appelé le puits Chouchen[3],[notes 1].

Entre juillet 2009 et septembre 2010 un ou plusieurs inconnus abattent la Barrière et purgent le plafond de la salle d'Effondrement rendant inaccessibles la galerie des Lombrics[4].

Début de galerie de la grotte des Sept Salles

Faune[modifier | modifier le code]

Les entrées de la grotte abritent une faune troglophile comprenant notamment l'araignée Meta menardi.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Chambosse, Chr. (1937) - « Découverte spéléologique - Une nouvelle caverne », L'avenir toulois 22e année no ? (10 avril), journal hebdomadaire, Impr. moderne, Toul, p. 1
  • (fr) Losson, B. (2003) - Karstification et capture de la Moselle (Lorraine, France) : vers une identification des interactions, Thèse de doctorat de géographie, Université de Metz, 510 pages + annexes (196 pages) et planches (94 pages)
  • (fr) Louis, M. (1988) - « Rétrospective d'une découverte, Grotte des 7 Salles, Pierre-la-Treiche », Spéléo L no 14 (ISSN 0758-3974), LISPEL, Tomblaine, p. 31-35
  • (fr) Louis, M. & Lehmuller, D. (1966) - Travaux et recherches spéléologiques tome III - "Contribution à l'avancement du catalogue des cavités de Meurthe-et-Moselle", USAN et A.S.H.M., Nancy, vol. 1 p. 96-97 + planches 26K et 26L dans vol. 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'un des membres était Breton et le puits est au pied d'un chêne : le « puits sous le chêne » est devenu le « puits Chouchen »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Grottes-Gouffres : Genèse des cavernes et cavités du département », sur le site du Comité départemental de spéléologie de Meurthe-et-Moselle (C.D.S. 54) (consulté le 15 novembre 2013)
  2. (fr) Prévot, D. (1998) - « Les anciens : Robert CHEVALLEREAU », Le P'tit Usania no 2 (ISSN 1292-5950), USAN, Nancy, p. 1
  3. (fr) Prévot, D. (1997) - « Une 3ème entrée à la grotte des 7 Salles », Spelunca 5e série no 65, F.F.S., Lyon, p. 8
  4. (fr) Prévot, Chr. (2010) - « Purge aux 7 Salles », Le P'tit Usania no 147 (ISSN 1292-5950), USAN, Nancy, p. 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]