Cinq grands temples

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gozan)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Cinq grands temples (chinois : 五山十刹制度 ; pinyin : wǔ shān shí chà zhìdù ; littéralement : « système des cinq montagnes et dix temples » prononciation japonaise : Gozan Jissetsu Seido), également abrégé en cinq montagnes (chinois : 五山 ; pinyin : wǔ shān ; littéralement : « cinq montagnes », prononciation japonaise : gozan), est un réseau de temples bouddhiste chan (zen en japonais), financé par l'État, crée durant la Dynastie Song du Sud (1127 – 1279). Le terme montagne prend dans sa version abrégée la signification de temple ou monastère, car la majorité des monastères sont érigés dans les montagnes. Le système est originaire d'Inde est a été adaptée plus tard au Japon à la fin de la période Kamakura (1185 – 1333).

Au Japon, il fait référence aux temples de l'école Rinzai, également d'origine chinoise. Les temples se convertirent progressivement à la doctrine Zen durant les années 1250-1400 mais certains existaient depuis plusieurs siècles. Les principaux instigateurs de ce renouveau religieux furent les shoguns de Kamakura et de Muromachi qui s'appuyèrent particulièrement sur la branche Rinzai de la secte Zen du Bouddhisme mahāyāna. Ils créèrent ainsi un système de temples officiel sous Yoshimitsu Ashikaga durant la seconde moitié du XIVe siècle centré autour des Cinq grands temples (cinq à Kyōto et cinq à Kamakura). Le nouveau courant théologique se propagea également à partir de nombreux autres temples de moindre importance nommés jissatsu (十刹?). Les autorités ordonnaient directement les ecclésiastiques des établissements les plus importants.

Historiquement, la secte Zen du Bouddhisme mahāyāna était considérée comme plus moderne, plus éclairée et moins ésotérique que les sectes anciennes Tendai et Shingon. Elle devint la protectrice du Japon et fut chargée de célébrer et prier pour la paix et la prospérité de l'empire. Elle diffusa également la pensée néo-confucianiste chinoise et joua auprès de la cour un rôle religieux, politique, économique, intellectuel et artistique.

Édification des Cinq grands temples[modifier | modifier le code]

Les cinq grands temples de Kyōto :

  • Le Tenryu-ji, bâti en 1339 par Musō Soseki pour le repos de l'âme de l'empereur Go-Daigo ;
  • Le Shōkoku-ji, bâti en 1383 par Yoshimitsu ;
  • Le Kennin-ji, bâti en 1202 par Eisai, le premier où la doctrine Zen fut enseignée ;
  • Le Tōfuku-ji, bâti en 1236 par Fujiwara no Michiie, comme le Kennin-ji manifestation de l'intérêt porté au Zen par la cour ;
  • Le Manju-ji, bâti en 1097, passé au Zen en 1257.

Les cinq grands temples de Kamakura :

Source[modifier | modifier le code]