Glaucophyta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Glaucophytes, Glaucocystophytes

Les Glaucophytes (Glaucophyta), ou Glaucocystophytes, du grec γλαυϰός [glaukos], « vert ou bleu tirant vers le gris », et φυτ(ο) [phyt(o)], « végétal », constituent un groupe de diversité réduite : seules 14 espèces ont été décrites et sont actuellement acceptées. Ce sont des organismes unicellulaires structurés dorso-ventralement, au dos arrondi et au ventre aplati et présentant deux flagelles de longueurs inégales. Ils nagent dans les mares d'eau douce des régions tempérées.

Caractéristiques propres au taxon[modifier | modifier le code]

Les organismes regroupés sous ce taxon se caractérisent par :

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Selon AlgaeBase (consulté le 2 août 2013)[1] (C = nom taxinomique accepté ; U = statut taxinomique incertain mais préalablement soumis à certaines vérifiations ; P = entrée préliminaire dans la base de données d'AlgaeBase et statut taxinomique à vérifier) :

Liste des classes[modifier | modifier le code]

Selon AlgaeBase (2 août 2013)[2], ITIS (2 août 2013)[3], NCBI (2 août 2013)[4] et World Register of Marine Species (2 août 2013)[5] :

Genres[modifier | modifier le code]

Exemple d'espèces de Glaucophytes[modifier | modifier le code]

Aucune espèce fossile n'est connue.

Position phylogénétique au sein des Plantes[modifier | modifier le code]

Les Glaucophyta ont d'abord été classées dans les Chlorophyta[6], puis dans les Rhodophyta[7]. Le genre Cyanophora a même été rangé dans les Cryptophyta[8].

Cavalier-Smith[9] les regroupe avec les Rhodophyta dans le sous-règne des Biliphyta.

Le genre Glaucosphaera initialement décrit dans les Glaucophyta bien que dépourvu de flagelles, et présentant une gaine mucilagineuse, a été finalement rangé dans les algues rouges unicellulaires, sur la base d'analyses de séquences d'ARNr[10].

On y lira en suivant le lien ci-dessous la question débattue dans les années 2000 de la monophylie ou non des Archéplastides (= Plantae) et de la place respective des Glaucophytes et des Rhodophytes soit à la base de celles-ci, soit à la base de l'ensemble des Bicontes chlorophylliens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AlgaeBase. M.D. Guiry et G.M. Guiry. 2012. World-wide electronic publication, National University of Ireland, Galway., consulté le consulté le 2 août 2013
  2. AlgaeBase. M.D. Guiry et G.M. Guiry. 2012. World-wide electronic publication, National University of Ireland, Galway., consulté le 2 août 2013
  3. ITIS, consulté le 2 août 2013
  4. NCBI, consulté le 2 août 2013
  5. World Register of Marine Species, consulté le 2 août 2013
  6. Bourelly, P. (1966) Les algues d'eau douce. Initiation à la systématique. Tome I : Les Algues vertes.
  7. Schnepf E. & Brown R.M.Jr (1971) On relationship between endosymbiosis and the origin of plastids and mitochondria. In: Reinert J. & Ursprung H. (ed.) Origin and continuity of cell organelles Berlin : Springer, 299-322.
  8. Bourelly, P. (1968) Les algues d'eau douce. Initiation à la systématique. Tome II : Les Algues jaunes et brunes : Chrysophycées, Phéophycées, Xanthophycées et Diatomées.
  9. Cavalier-Smith, T. (1982) The origine of plastids Biological Journal of the Linnean Society. 17: 289-306.
  10. Thomas A. Helmchen, Debashish Bhattacharya and Michael Melkonian (1995) Analyses of ribosomal RNA sequences from glaucocystophyte cyanelles provide new insights into the evolutionary relationships of plastids. Journal of Molecular Evolution Volume 41-2, 203-210.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres liens externes[modifier | modifier le code]