Chlorophyta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Chlorophytes (Chlorophyta) sont une division des Plantae. Elles comprennent une partie de ce que l’on appelle communément algues vertes.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Position systématique classique[modifier | modifier le code]

Les Chlorophytes, au sens large, constituent l'un des 14 embranchements (ou divisions) du règne végétal (Plantae), parfois plutôt classé dans un règne des Algues (Algae) qui comprend aussi par ailleurs des protistes dont il ne sera pas question ici (⇒ voir article Algue).

Position phylogénétique[modifier | modifier le code]

Elles sont divisées en deux groupes : d'une part les Chlorophyta stricto sensu, qui constituent au sein des plantes vertes un groupe monophylétique, et d'autre part les Charophyta, groupe paraphylétique situé à la base de l'autre branche, les Streptophyta, comportant également les plantes terrestres.

Classification du groupe[modifier | modifier le code]

Ces trois classes forment vraisemblablement un groupe monophylétique, parfois nommé chlorophyte clade (Lewis et McCourt[1]) quoique ce dernier terme désigne couramment les seules Ulvophycées.

  • la classe des Prasinophycées (Prasinophyceae), aujourd'hui[Quand ?] regardée comme le grade primitif, paraphylétique, des Chlorophytes ;
  • la classe des Pédinophycées (Pedinophyceae) récemment[Quand ?] séparée de la précédente ;
  • la classe des Charophycées (Charophyceae), phylogénétiquement plus proche des Embryophytes que des autres Algues vertes (⇒ voir article Streptophyta), et elle aussi paraphylétique.

Liste des classes et des sous-divisions[modifier | modifier le code]

Une algue de la classe des Chlorophyceae : Chlamydomonas (grossie ×10 000)
Une algue de la classe des Ulvophyceae : Caulerpa prolifera

Selon AlgaeBase (21 juillet 2017)[2] :

Selon ITIS (21 juillet 2017)[3] :

Selon NCBI (1 mai 2013)[4] :

Selon Paleobiology Database (1 mai 2013)[5] :

Selon World Register of Marine Species (30 janv. 2017)[6] :

Une origine probablement océanique[modifier | modifier le code]

En février 2020, les plus anciens fossiles d'algues vertes nommées Proterocladus antiquus, qui vivaient dans un océan peu profond, restes datés d'un milliard d'années, ont été découverts dans la province du Liaoning, en Chine[7]. Toutes les plantes terrestres, jusqu'aux plus grands arbres, auraient évolué à partir des plantes aquatiques qu'étaient les algues[7]. Selon une étude parue dans la revue Nature Ecology & Evolution la découverte de Proterocladus antiquus plaide en faveur d'une origine océanique des algues vertes, contre l'hypothèse selon laquelle les algues vertes aquatiques seraient d'abord apparues dans des environnements d’eau douce - lacs ou rivières -, avant de coloniser l’océan et toute la surface terrestre[7].

Génie génétique[modifier | modifier le code]

Trois chercheurs (chinois, allemand et égyptien) ont en 2016 démontré[8] qu'il est possible en laboratoire de fusionner les protoplastes d'espèces d'algues différentes et de provoquer une recombinaison génétique ; le phénomène a été expérimenté entre Haematococcus pluvialis (Chlorophyta) et Ochromonas danica (Chrysophyta)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L.A. Lewis et R.M. McCourt, « Green algae and the origin of land plants », American Journal of Botany, vol. 91, no 10,‎ , p. 1535-1556 (lire en ligne [PDF])
  2. M.D. et G.M. Guiry, AlgaeBase, National University of Ireland, Galway, 2012., consulté le 21 juillet 2017
  3. ITIS, consulté le 21 juillet 2017
  4. NCBI, consulté le 1 mai 2013
  5. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 1 mai 2013
  6. World Register of Marine Species, consulté le 30 janv. 2017
  7. a b et c « Découverte exceptionnelle d’algues vieilles d’un milliard d’années », sur Sciencepost, (consulté le 3 juillet 2020)
  8. a et b Abd El-Fatah Abomohra, Mostafa El-Sheekh et Dieter Hanelt, « Protoplast fusion and genetic recombination between Ochromonas danica (Chrysophyta) and Haematococcus pluvialis (Chlorophyta) », Phycologia, vol. 55, no 1,‎ , p. 65-71 (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Chlorophyta.