Germaine Bouret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Germaine Bouret
Nom de naissance Germaine Bouret
Naissance
Paris
Décès (à 45 ans)
Paris
Nationalité Française
Profession
Illustratrice
Formation
Dessinatrice de mode

Germaine Bouret est une illustratrice française née à Paris, le et décédée le . Elle a trouvé l’inspiration dans la rue et les squares en dessinant les enfants, thème quasi exclusif de son œuvre, et rapidement elle s’est spécialisée dans les cartes postales et les gravures en différents formats, qui seront très largement diffusées dans de nombreux foyers français. Elle a également illustré des livres pour enfants comme Alice au pays des merveilles[1] et les contes de Perrault[2].

Son travail et sa vie sont très étroitement liés à celui de son frère jumeau Marcel Bouret, qui rédigera l’intégralité des légendes de ses dessins, pour une œuvre artistique commune et indissociable.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son père Auguste, était un berrichon monté à Paris pour des raisons professionnelles et sa mère une anglaise (nom de jeune fille Helen King). Germaine avait un frère jumeau prénommé Marcel. Toute la vie et l’œuvre de Germaine ont été marquées par cette gémellité et ses souvenirs d’enfance. Très jeune, elle est attirée par le dessin et dessinera dès l'âge de 4 ans, mais c’est à l'âge de 15 ans qu'elle s’orientera réellement vers ce qui sera la passion de sa vie.

Elle se fait remarquer très tôt en 1922, date à laquelle elle remporte un concours national de dessin (première de la catégorie adolescents) avant de suivre des cours dans cette discipline à l'école de la rue Madame à Paris. À 17 ans, le , elle entre pour une période de quelques mois comme dessinatrice de mode à la maison de haute couture Jeanne Lanvin, sise au 22 Faubourg Saint-Honoré à Paris.

Les débuts[modifier | modifier le code]

À vingt ans, en 1927, elle crée sa société sous le nom « Éditions Bouret », auteur-éditeur, et commence à dessiner des enfants. Ses premiers travaux concernent des menus et des gravures. C’est son frère caricaturiste et auteur, qui fréquentait le milieu des chansonniers montmartrois, qui rédigera l'intégralité des légendes de ses illustrations, créant ainsi une véritable œuvre artistique commune et indissociable.

En 1928, elle illustre un livre édité chez Fernand Nathan Touche à tout, ses tragiques mésaventures[3]. Elle travaillera également pour un éditeur de cartes postales.

Elle réalisera des séries entières thématiques : les petits métiers[4], les fêtes, les sujets religieux, les bains de mer[5], les sports d’hiver[6], la chasse etc. Ses dessins seront beaucoup repris par les commerçants : boîtes, emballages, calendriers, livres disques... mais aussi la publicité (Nestlé, Blédine [7]...). Un million[réf. nécessaire] de ses dessins seront répandus dans le monde[8],[9],[10]. Elle participera à des salons et même à l'exposition universelle de 1937 dans la catégorie Arts et Techniques. Elle collaborera brièvement à la revue Jean-Pierre[11].

Apogée de sa carrière[modifier | modifier le code]

Après l’exposition universelle, elle est au sommet de son art. Elle est maintenant installée avec sa famille au 3, rue Ferber, dans le XXe arrondissement. La société est devenue « Ateliers Bouret » et l’objet « Études de dessins publicitaires, cartes postales, gravures, calendriers, affiches, menus ».

Au début des années quarante, Walt Disney qui recrute en Europe des dessinateurs pour ses studios aux États-Unis va même la repérer et lui demandera de travailler pour lui, ce qu'elle refusera préférant rester dans son pays. Il dira de Germaine à son décès qu'elle était la plus grande dessinatrice de son époque.

Durant la guerre, elle illustre des ouvrages de propagande destinés aux enfants, tel Il était une fois un Maréchal de France[12].

En 1945 sort Nounouk[13], les aventures d’un petit ourson, qui sera suivi plus tard par Nounouk à la mer et Nounouk en relief, un livre avec découpage, puis Chansons du printemps de la vie, un recueil de chansons.

Après la fin de la guerre, elle réalise de nombreux ouvrages utilisant des techniques élaborées de découpe, de collage et d’animation. Ces livres sont appelés « livres animés »[14].

Vers 1950, Germaine illustre une quantité importante de livres et des disques[15].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Ne dessinant pratiquement que des enfants, elle a naturellement été sollicitée pour des œuvres concernant la jeunesse : colonies de vacances[16], cantine[17], sauvegarde de l’enfance[18].

Elle a aussi travaillé pour la publicité. Lesieur a fait appel à elle pour des feuillets publicitaires et des fiches-recettes réalisés sous forme de bande dessinée, Vittelloise[19] dont elle a aussi créé le slogan « L’eau qui chante et qui danse », Jacquemaire pour l’illustration de ses boîtes de farine Blédine et de nombreuses autres marques. Il est à noter que la corporation utilise encore cette image aujourd’hui, soit depuis plus de cinquante ans. Elle a réalisé également des dessins publicitaires pour les sous-vêtements Petit Bateau.

En 1938, elle signe quelques dessins d’animaux, principalement des chiens, du pseudonyme « King », nom de jeune fille de sa mère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Frémion, Germaine Bouret: le bonheur de l'enfance, Hoëbeke, (ISBN 9782842300692)
  • Dominique Jaquemin, « L’œuvre de Germaine Bouret : Un univers de fraîcheur au prix d'une existence besogneuse. », Le Chineur,‎ (lire en ligne)