Georges Ngal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Georges Ngal Mbwil a Mpaang)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Ngal
Georges Ngal (cropped).jpg
Georges Ngal en 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (85 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Ngal Mbwil A Paang dit Georges Ngal, né le 23 avril 1933, est un philosophe, romancier et critique littéraire congolais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Ngal devenu Ngal Mbwil a Mpaang sous la zaïrianisation est né le 23 avril 1933 à Mayanda, dans la province de Bandundu en République démocratique du Congo. Il a suivi une formation en théologie et philosophie au Séminaire des pères Jésuites de Mayidi. En 1968, il soutient une thèse sur Aimé Césaire à l’université de Fribourg en Suisse. Cette thèse est publiée en 1994 par l’édition Présence africaine Paris sous le titre « Aimé Césaire, un homme à la recherche d’une patrie »[1].

De retour au Congo-Zaïre en 1969, il enseigne à l’université de Kinshasa jusqu’en 1971, puis à l’université de Lubumbashi de 1971 à 1980. Entretemps, il sillonne le monde pour enseigner comme professeur associé dans plusieurs universités (France, Allemagne, Belgique, Canada et aux États-Unis) : Middlebury College aux États-Unis, Montréal au Québec, Sherbrooke, Liège, Nice, Sorbonne, Bordeaux, Grenoble III, Nanterre Paris X, Sorbonne Paris IV et Bayreuth en Allemagne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Giambatista Viko ou le viol du discours africain, Lubumbashi, Alpha-Omega, 1975 (Paris, Hatier, 1984, coll. « Monde noir poche », L’Harmattan, Paris, 2003)[2],[3].
  • L’errance, Yaoundé, CLE, 1979.
  • Un prétendant valeureux, Québec, Hurtubise HMH, 1991(coll. « Plus »).
  • Une saison de symphonie, Paris, L’Harmattan, 1994 (coll. « Encres Noires », 130).

Études, essais et critiques littéraires[modifier | modifier le code]

  • La condition démocratique ; séquestré du Palais du peuple, Saint-Denis, Éditions Tanawa, 2002.
  • La condition démocratique : séquestré du Palais du Peuple (extrait) », in Littérature du Congo-Zaïre : actes du colloque de Bayreuth (22-24 juillet 1993), réunis par P. HALEN, J. RIESZ, Amsterdam –Atlanta,Rodopi, 1995, p. 181-188.
  • Tendances actuelles de la littérature africaine d’expression française, Kinshasa, Mont Noir, étude, 1972.
  • Aimé Césaire, un homme à la recherche d’une patrie, Dakar, NEA, 1975(rééditions Paris, Présence Africaine, 1994).
  • Césaire 70, (coauteur : Steins), Silex, Paris, 1984, essai.
  • Repères I (préf. de Roger FAYOLLE), Paris, Présence Africaine, 1984.
  • Création et rupture en littérature africaine, Paris, L’Harmattan, étude, 1994.
  • Esquisse d’une philosophie du style négro-africain, Saint-Denis, Tanawa, essai, 2000
  • Littératures congolaises de la RDC (1482-2007), L’Harmattan, Paris, 2007, étude[4].
  • Reconstruire la RDC : un projet de société, L’Harmattan, Paris, 2006, étude.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Rose Abomo-Maurin, « Georges Ngal Mbwil a Mpang », in Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud, (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Éd. H. Champion, Paris, 2010, p. 335-340 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Nora-Alexandra Kazi-Tani, Pour une lecture critique de L'errance de Georges Ngal, L'Harmattan, 2001, 80 p. [1]
  • Georice Berthin Madébé, De Viko à Ngal : la transparence créative, L'Harmattan, 2007, 177 p.[2]
  • Maurice Amuri Mpala-Lutebele, Aura d'une écriture : hommage à Georges Ngal, Éditions L'Harmattan, 2011, 226 p.[3]
  • Josias Semujanca, « Écriture romanesque et discours métacritique dans Giambatista Viko de Mbwil a Mang Ngal », in Études littéraires, vol. 30, no 1, 1997, p. 167-178[4]

Liens externes[modifier | modifier le code]