Georges Elgozy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Elgozy
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Paris, France
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Prix Broquette-Gonin
Prix Cazes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Georges Elgozy est un économiste français né le à Oran, en Algérie[1], et mort le à Paris[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est conseiller auprès du Premier ministre Michel Debré (1959-1962) et au cabinet d'André Malraux[2]. En 1968, il est inspecteur général de l'économie nationale et président du Comité européen de coopération économique et culturelle[3].

Il publie tout au long de sa carrière des ouvrages mêlant traits d'esprit et observations de son époque, attaquant le pouvoir politique qu'il considère envahi par les élites de l'ENA. Ses bons mots sont souvent repris en citations[4],[5],[6].

En 1975, il est l'un des fondateurs de l'Académie Nationale des Arts de la Rue (ANAR) avec notamment Marcel Bleustein-Blanchet, Jacques Dauphin, Christian Chavanon, Maurice Cazeneuve, Paul Delouvrier, Roger Excoffon, Abraham Moles, ou encore André Parinaud[7].

Prix[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Georges Elgozy (1909-1989) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  2. Article nécrologique Le Monde, 19 juillet 1989.
  3. Georges Elgozy sur Babelio.
  4. Fiche de Georges Elgozy sur evene.fr.
  5. Michel Godet, « Pour des grèves avec un service maximum », Le Monde, 12/11/2009.
  6. Yves Kerdrel, « Trois jours, trois semaines, trois mois… », Le Figaro, 07/05/2012.
  7. [1] L'Ilec.
  8. Academie francaise.

Liens externes[modifier | modifier le code]