Georges Corm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Corm

جورج قرم

Naissance (77 ans)
Alexandrie (Égypte)
Profession

Georges Corm (ou Ǧūrǧ Qurm, en arabe : جورج قرم), né le à Alexandrie en Égypte, est un historien, économiste et homme politique libanais.

Ancien ministre des Finances (19982000) de la République libanaise, il est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à l'histoire du Proche-Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Égypte, Georges Corm est Libanais, issu d'une famille d'hommes de lettres et de peintres. Après avoir fréquenté l'Institut d'études politiques de Paris de 1958 à 1961, il obtient un doctorat en droit public en 1969 de la Faculté de droit et de sciences économiques de Paris.

En 1962, il rentre dans la fonction publique au Liban, où il est successivement économiste au Ministère du Plan, puis expert en questions monétaires et financières au Commissariat du Gouvernement auprès de la Banque Centrale. Il poursuit en même temps à partir de Beyrouth ses études de droit (diplôme d'études supérieures et doctorat). En 1969, il quitte l'Administration libanaise pour intégrer le secteur bancaire (Crédit Lyonnais) et en 1970 il est transféré à Paris où il restera jusqu'en 1973. Cette année-là, il rentre à Beyrouth où il est nommé représentant général de la Banque nationale d'Algérie pour le Moyen-Orient, ce qui lui fait connaître les élites du FLN qui ont forgé l'indépendance de ce pays. En 1980, il quitte ce poste pour devenir Conseiller du Gouverneur de la Banque centrale libanaise, poste qu'il occupera jusqu'en 1985, année où il quitte le Liban en proie aux violences pour s'installer à Paris comme consultant économique auprès de nombreux organismes internationaux. Il revient au Liban en 1998, lorsqu'il est nommé ministre des finances. Il y demeure jusqu'aujourd'hui.

Il enseigne de 1969 à 1985 dans plusieurs universités libanaise et depuis 2001, il est professeur à l'université Saint-Joseph de Beyrouth.

Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Mue, Noël Blandin, 1989
  • Conflits et identités au Moyen-Orient (1919-1991), Arcantere, 1992
  • Le nouveau Désordre économique mondial, La Découverte, 1993
  • Le Moyen-Orient, Flammarion/dominos, 1993 [1]
  • Histoire du pluralisme religieux dans le bassin méditerranéen, Geuthner, 1998
  • Le Liban contemporain : histoire et société La Découverte, 2003, 2005 et 2012
  • L'Europe et l'Orient : de la balkanisation à la libanisation : histoire d'une modernité inaccomplie, La Découverte, 1998,2001 et 2003
  • Yoakim Moubarac. Un homme d'exception. Textes choisis et présentés par Georges Corm, La Librairie orientaler, Beyrouth.
  • Orient-Occident, la fracture imaginaire, La Découverte, 2002 et 2004
  • Le Proche-Orient éclaté (1956–2012), Gallimard/Histoire
  • La Question religieuse au XXIe siècle : géopolitique et crise de la post-modernité, La Découverte, 2006
  • Histoire du Moyen-Orient : de l'Antiquité à nos jours, La Découverte, 2007
  • L'Europe et le mythe de l'Occident : La construction d'une histoire, Paris, La Découverte, , 275 p. (ISBN 978-2707157072)
  • Le nouveau Gouvernement du monde : idéologies, structures, contre-pouvoirs, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », , 275 p. (ISBN 978-2707164193, présentation en ligne)
  • Pour une lecture profane des conflits : sur le "retour du religieux" dans les conflits contemporains du Moyen-Orient, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », (ISBN 978-2707174734, présentation en ligne)
  • Pensée et politique dans le monde arabe : Contextes historiques et problématiques, XIXe-XXIe siècle, La Découverte, (ISBN 9782707186935)
  • La nouvelle question d'Orient, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », , 250 p. (ISBN 9782707193759, présentation en ligne)

Ses ouvrages sont traduits en plusieurs langues. Il faut y ajouter les ouvrages écrits en langue arabe par cet auteur.

Prix[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Extraits », sur gallica.bnf.fr