Georges Chicotot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Chicotot
Portrait de Georges Chicotot
Georges Chicotot
Biographie
Naissance
à Paris
Décès
à Paris
Nationalité Française
Thématique
Études Beaux-Arts ; Médecine
Profession Radiologue ; Peintre
Employeur Assistance Publique - Hôpitaux de Paris
Œuvres principales Le tubage, 1904 ; Le traitement du cancer du sein par les rayons X, 1907
Auteurs associés
Influencé par Paul Richer ; Jean-Martin Charcot ; Antoine Béclère

Signature

Signature de Georges Chicotot

Georges-Alexandre Chicotot, né à Paris le , est un peintre, médecin et radiologue français qui a marqué le début du XXe siècle par ses productions picturales représentant des actes médicaux innovants. Il meurt en 1921 d'une radiodermite due à une surexposition aux rayons X.

Carrière de peintre[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Élève de Hanoteau, de J. Blanc et de Hébert, Paul Richer[1], Georges Chicotot étudie à l'école des Beaux-Arts de Paris. En 1880, il débute au Salon avec Le Verger et Portrait de femme. Chaque année il y expose des scènes de genre. Les premières ont un caractère religieux et sentimental. Puis il emprunte ses sujets à l'Histoire. Enfin, il se spécialise à partir de 1904 dans la représentation de scènes dans le domaine médical[2].

En 1889, il obtient une médaille de 3e classe au Salon des artistes français ainsi qu'une mention honorable et une médaille de bronze à l'exposition universelle[3]. Il est nommé officier de la Légion d'honneur en 1922[4].

Œuvres référencées[modifier | modifier le code]

Portrait de Georges Chicotot en cours de séance de radiothérapie, en 1907.

Œuvres référencées comme produites par Georges Chicotot :

  • Le Verger
  • Portrait de femme
  • La Charité
  • La Foi
  • La Mort de sainte Catherine de Sienne
  • Les Archives du couvent
  • L'Ange peintre dans l'atelier du moine assoupi Église Saint-Michel des Batignolles, Paris
  • L'autopsie au XXe siècle[5]
  • Le Croup, en 1904[6]
  • Les Premiers Traitements du cancer aux rayons X, 1907[2],[7]
  • Leçon d'anatomie, médecine enfantine[8]

Carrière de médecin[modifier | modifier le code]

De 1884 à 1899, il est externe des hôpitaux de Paris (aujourd'hui Assistance Publique - Hôpitaux de Paris). Il devient le préparateur de radiothérapie à l'hôpital Broca, puis préparateur à l'hôpital Saint-Louis, le . Plus tard, le , il prend le poste de chef de laboratoire de radiologie à l'hôpital Hérold.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Patrimoine en revue, G. Chicotot, un médecin, un peintre, un radiologue »
  2. a et b Archives, du musée de l'AP-HP, documents d'œuvres
  3. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 288
  4. Ibid.
  5. « Fiche d’œuvre »
  6. « Histoire par l'image, le tubage, Georges Chicotot, 1904 »
  7. « Fiche d’œuvre »
  8. « Fiche d’œuvre, Leçon d'anatomie »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles externes[modifier | modifier le code]

  • Patrimoine en revue, l'histoire de Georges Chicotot et de son œuvre (lire en ligne)
  • Anne Nardin, « Progrès de la médecine infantile », Histoire par l'image [en ligne], consulté le . (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]