Antoine Béclère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Béclère
Description de cette image, également commentée ci-après

Collection de portraits
Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de santé

Naissance
Paris 3e (France)
Décès (à 82 ans)
Paris (France)
Domicile 122 rue La Boétie, Paris.
Nationalité Drapeau de la France France
Champs Médecine
Institutions Académie nationale de médecine (1908)
Société française de radiologie (1909)
Renommé pour Radiologie
Radiothérapie
Distinctions Legion Honneur Commandeur ribbon.svg
Commandeur de la Légion d'honneur (1936).

Antoine Louis Gustave Béclère, né le et mort le à Paris, est un médecin français, pionnier la radiologie et de la radiothérapie en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nommé médecin des hôpitaux en 1893, il se consacre d’abord à l’étude des maladies infectieuses et de l’immunité. Un peu moins d'un mois après la publication de la découverte des rayons X par Röntgen (qui leur consacre un article publié le 28 décembre 1895[1]), la première séance de radioscopie de Oudin et Barthélemy, le 20 janvier 1896, lui révèle les applications possibles des rayons X en médecine. Au cours de l'été 1896, Antoine Béclère fait, sur la servante de son ami, le Docteur Oudin, le premier dépistage radioscopique de la tuberculose pulmonaire. Il se fait dès lors un ardent défenseur de la radiologie, tant au niveau national qu'au niveau international. Il met sur pied l'enseignement de cette discipline en France et crée, en 1897, le premier laboratoire de radiologie à l'hôpital Tenon dont il vient d'être nommé Chef de service. Faute d’installations satisfaisantes, il quitte Tenon pour rejoindre l'hôpital Saint-Antoine, en 1898, où il crée le premier centre français de radiologie ; il le dirigera jusqu’à sa retraite. Il y allie l’exercice clinique et la recherche en laboratoire, notamment pour mesurer les nouvelles radiations, leur intensité et leur pénétration dans le corps. En 1899, il publie "Les Rayons de Rœntgen et le diagnostic de la tuberculose". En 1908, il devient membre de l'Académie de médecine. Il fonde en 1909 la "Société de radiologie médicale de Paris" en collaboration avec le docteur Félix Blairon[2], devenue depuis Société française de radiologie.

En 1928, alors qu'il est retraité depuis 1922, il est élu président de l'Académie de médecine[3].

En 1929, Antoine Béclère est l'animateur du congrès international de radiologie tenu à Paris. En 1931, il préside le 3e congrès international de radiologie médicale à Paris.

Atteint de radiodermite, il doit subir l'amputation de quatre doigts.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

L'hôpital Antoine-Béclère de Clamart porte son nom, ainsi que depuis 1970 la place du Docteur-Antoine-Béclère donnant accès à l'hôpital Saint-Antoine.

Le Centre Antoine Béclère[4], association sans but lucratif, a été créé par Claude et Antoinette Béclère en mémoire de leur père pour maintenir le rayonnement international imprimé à la radiologie [5]. Tous les quatre ans, au cours du congrès international, un prix Antoine-Béclère est décerné à un groupe d'enseignants de radiologie pour subventionner des missions de formation dans les pays en voie de développement.

Il est le récipiendaire de nombreux prix et distinctions:

  • lauréat de l'Académie de médecine (prix Henri-Buignet) (1905)
  • lauréat de l'Académie de médecine (prix Daudet) (1906)
  • chevalier de la Légion d'honneur (1911)
  • officier de la Légion d'honneur (1918)
  • commandeur de 1re classe de l'ordre royal de l'Étoile polaire (1932)
  • commandeur de la Légion d'honneur (1936)

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Les Rayons de Röntgen et le diagnostic de la tuberculose, [Rapport au IVe congrès pour l'étude de la tuberculose. (29 juillet 1898)], Masson (Paris), In-8° , 46 p., disponible sur Gallica.
  • Les rayons de Röntgen et le diagnostic de la tuberculose, Paris, Baillière,‎ , 95 p..
  • Les rayons de Röntgen et le diagnostic des affections thoraciques, non tuberculeuses, Paris, Baillière,‎ , 92 p..
  • Les rayons de Röntgen et le diagnostic des maladies internes, Paris, Baillière,‎ , 95 p..
  • La radiothérapie, ses bases scientifiques, son domaine, impr. Levé (Paris), 1910, 14 p. ; in-4, disponible sur Gallica.
  • Radiologie et radiumthérapie, Paris, Maloine,‎ , 519 p..

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La découverte des rayons X par Röntgen, Jean-Jacques Samueli
  2. Nahum, H. « La Société Française de Radiologie fête ses 100 ans [The Societe Française de Radiologie celebrates its 100 years old] » Journal de Radiologie 2009 90(2):171-2.
  3. Antoine Béclère dans la Bibliothèque de l’Académie de médecine.
  4. Site du Centre Antoine Béclère
  5. [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoinette Béclère, Antoine Béclère: pionnier en endocrinologie, l'un des fondateurs de la virologie et de l'immunologie, fondateur de la radiologie française, 1856-1939, Paris, J.B. Baillière,‎ , 475 p.
  • Guy Pallardy: « La radiologie est entrée avant l'électricité dans les hôpitaux de Paris », in: Histoire des Sciences médicales, 1999, 33 (4), pp. 333-342, Texte intégral.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]