Georges Bourriquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Georges Bourriquet
Fonctions
Député de la 29e circonscription de Paris
Législature 1re (Ve République)
Groupe politique UNR
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Paul Bellec son suppléant
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 37 ans)
Lieu de décès La Champenoise (Indre)
Parti politique UNR
Profession Acheteur

Georges Bourriquet, né le à Paris et mort le à La Champenoise (Indre), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris en 1923 dans une famille modeste, il interrompt assez tôt ses études avec l'arrivée de la guerre et l'Occupation allemande. Lors d'une manifestation patriote, le 14 juillet 1942, il est arrêté par la Gestapo et déporté[1]. L'explosion d'une bombe soufflante lors d'un bombardement provoque l'éclatement d'un poumon mais il se rétablit et revient en France, avec la farouche volonté de consacrer ses forces à l'action politique. Il s'engage au RPF dès sa fondation et se présente dans la 3e circonscription de la Seine, sur une liste conduite par Christian Fouchet. Il n'est pas en position éligible et se présente à nouveau en 1958 dans la 29e circonscription et est élu. Il entre à l'Assemblée et siège à la commission de la Production et des échanges.

Au cours de l'été 1958, afin de soutenir l'action du général de Gaulle auprès du monde ouvrier dont il est issu et dont il se sent proche, il fonde avec Jean Bernasconi le Comité national ouvrier et professionnel et en devient le secrétaire général.

Il meurt dans un accident de la route près de Châteauroux, avec sa femme, leur fille et deux parents, en juin 1961[2]. Son suppléant Paul Bellec reprend son siège à l'Assemblée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éloge funèbre de Jacques Chaban-Delmas, Journal officiel, 13 juin 1961.
  2. « Cinq morts sur la route », La Liberté, no 5376, 3 juin 1961

Liens externes[modifier | modifier le code]