Georg Milbradt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georg Milbradt
Illustration.
Georg Milbradt, en .
Fonctions
Ministre-président de Saxe

(6 ans, 1 mois et 10 jours)
Gouvernement Milbradt I et II
Législature 3e et 4e
Coalition CDU (2002-04)
CDU-SPD (2004-08)
Prédécesseur Kurt Biedenkopf
Successeur Stanislaw Tillich
Ministre des Finances

(10 ans, 2 mois et 22 jours)
Ministre-président Kurt Biedenkopf
Gouvernement Biedenkopf I, II et III
Prédécesseur Aucun
Successeur Thomas de Maizière
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Eslohe (Allemagne)
Nationalité Allemande
Parti politique CDU
Diplômé de Université de Münster
Profession Universitaire

Georg Milbradt
Ministre-présidents de la Saxe

Georg Milbradt, né le à Eslohe, est un homme politique allemand membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Diplômé en économie de l'université de Münster, il entreprend une carrière chercheur puis enseignant-chercheur dans ce domaine dès . Entre et , il exerce un mandat municipal à Münster, ville dont il sera adjoint au maire aux Finances.

Après la reconstitution du Land de Saxe, il en devient ministre des Finances sous l'autorité de Kurt Biedenkopf. Il est remercié du gouvernement en mais se fait investir ministre-président l'année d'après. En , il est contraint de former une coalition avec les sociaux-démocrates après que la CDU a perdu sa majorité absolue au Landtag.

Il remet sa démission en à la suite d'un scandale bancaire et quitte la vie politique en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille originaire de Posnan, il passe son baccalauréat en à Dortmund. Il s'inscrit ensuite à l'université de Münster où il étudie les sciences économiques, le droit et les mathématiques. Il obtient un diplôme d'économiste en et devient deux ans plus tard associé de recherche à l'Institut des sciences financières de l'université. Il atteint par la suite le grade d'assistant.

Carrière[modifier | modifier le code]

En , il soutient avec succès sa thèse de doctorat. Parallèlement, il s'engage en politique et adhère à la CDU. Il est élu deux ans après conseiller municipal de Münster.

Il est nommé professeur des universités de sciences financières et économiques de l'université Johannes Gutenberg de Mayence en , après avoir obtenu son habilitation à diriger des recherches. Il est choisi en pour exercer le poste d'adjoint au maire délégué aux Finances de Münster, une fonction qu'il exerce pendant sept ans. En , il devient professeur des universités à la faculté de sciences économiques de l'université de la ville.

Ministre des Finances de Saxe[modifier | modifier le code]

Le , Georg Milbradt est nommé à 45 ans ministre des Finances du Land de Saxe reconstitué dans le premier cabinet majoritaire du ministre-président chrétien-démocrate Kurt Biedenkopf. Au cours des élections législatives régionales du , il postule dans la 53e circonscription et se fait élire député au Landtag avec 55,5 % des suffrages exprimés. Il est ensuite reconduit dans ses fonctions gouvernementales pour un mandat de cinq ans. Il rejoint en parallèle le comité directeur de l'Union chrétienne-démocrate du Land.

Il est réélu parlementaire avec 61,7 % des voix en , année où il est élu vice-président de la CDU de Saxe sous l'autorité de Fritz Hähle, qui préside également le groupe parlementaire. Il est une nouvelle fois confirmé dans son rôle ministériel par Biedenkopf.

Le , après qu'il a posé ouvertement la question de la succession du ministre-président, il est débarqué du cabinet où il siège alors depuis plus de dix ans. Quelques semaines plus tard, il se fait pourtant élire président régional du parti contre le candidat soutenu par le chef de l'exécutif du Land.

Ministre-président[modifier | modifier le code]

Biedenkopf annonce finalement son prochain retrait le . Le suivant, Georg Milbradt est investi à 57 ans ministre-président de Saxe par le Landtag.

Lors des élections législatives régionales du , la CDU subit un important recul. Elle perd en effet 15,8 points, 21 députés et la majorité absolue dont elle disposait depuis . Pour la première fois, elle échoue à réaliser le « grand chelem » dans les 60 circonscriptions uninominales. Lui-même est réélu avec 54,5 % des suffrages, son plus mauvais résultat en trois scrutins.

Une hypothétique « coalition noire-jaune » avec les libéraux ne recueille que 62 des 124 sièges du Landtag. Il est donc contraint de former une « grande coalition » avec le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD). Lors de son investiture le , il doit attendre le second tour de scrutin pour être réélu alors qu'il dispose d'une majorité absolue de 68 mandats.

À l'été , la banque publique Sachsen LB doit être placée en redressement judiciaire à la suite d'importantes pertes causées indirectement par la crise des subprimes. Il se trouve alors vertement critiqué car il a exercé la tutelle de l'établissement comme ministre des Finances et qu'il avait contracté plusieurs emprunts auprès d'elle.

Il annonce le sa volonté de démissionner et se voit remplacé par son ministre des Finances Stanislaw Tillich le .

Retraite[modifier | modifier le code]

Il continue d'exercer son mandat de député jusqu'aux élections du , auxquelles il ne se représente pas. Retiré de la vie politique, il enseigne de nouveau les sciences économiques, ainsi que la politique financière, à l'université technologique de Dresde depuis .

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Angelika Meethe-Milbradt, père de deux enfants et de confession catholique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Die demographische Herausforderung. Sachsens Zukunft gestalten, Georg Milbradt et Johannes Meier, Bertelsmann Stiftung, 2004, (ISBN 3-89204-793-6)
  • Kraft der Visionen, Georg Milbradt et Thomas Rietzschel, Kiepenheuer, 2003, (ISBN 3-378-01065-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]