Gelderland (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gelderland.
Gelderland
{{#if:
Paire de Gelderland attelés
Paire de Gelderland attelés

Région d’origine
Région Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Caractéristiques
Morphologie Cheval carrossier
Taille 1,65 m à 1,68 m[1].
Poids 600 kg[1]
Robe Généralement alezan, bai ou noir
Autre
Utilisation Attelage

Le Gelderland, en néerlandais Gelders Paard, est une race chevaline néerlandaise de demi-sang, issue de nombreux croisements pratiquée au XIXe siècle. Elle est devenue un cheval de sport d'une grande élégance au trot relevé, utilisé pour l'attelage sportif. De haute taille, il est très proche du Groningen. Race à faible effectifs, le Gelderland est rare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peinture d'un Gelderland par Otto Eerelman en 1898.

Le Gelderland trouve son origine dans la province du même nom[2]. C'est une race assez ancienne[3]. De nombreux croisements sont pratiqués au XIXe siècle entre des chevaux locaux des Pays-Bas, des Anglo-normands, des Holsteiners, des Alt-oldenburger et des Ostfriesen. La formation de la race est aboutie vers 1890[1], mais elle n'est officiellement reconnue sous son nom qu'à la fin des années 1960[2]. Depuis 1950, on estime qu'environ 20 % de l'influence du Gelderland provient de chevaux Anglo-normands importés de France, de même que 20 % de Holsteiners importés d'Allemagne. 5 à 20 % de l'influence provient de Pur Sangs importés du Royaume-Uni. Le stud-book Gelderland est officiellement créé en 1979[1]. Dans les années 1980, ils sont nombreux sur les shows des Pays-Bas[4].

Description[modifier | modifier le code]

Ce cheval mesure environ 1,65 m pour les femelles et 1,68 m pour les mâles, le poids moyen étant de 600 kg[1]. L'étude de l'université d'Oklamoha donne une moyenne de 1,55 m à 1,62 m[2]. Le Gelderland se présente comme un cheval carrossier d'une grande élégance, doté notamment d'un trot aux actions relevées[2].

La robe est toujours unie, et peut être noire, baie, baie-brune, alezane ou grise. Les plus communes sont l'alezan avec des marques blanches, et le gris[1].

En 2014, il existe deux stud-books différents pour la race[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Gelderland attelé

Il est historiquement utilisé pour des travaux agricoles, la monte, mais aussi pour l'attelage, notamment pour tirer les carrosses de la maison royale néerlandaise dans toute l'Europe. C'est désormais un cheval de sport[1], sélectionné en premier lieu pour l'attelage sportif, mais qui peut aussi convenir à la selle[2].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

C'est une race rare[2] et à faibles effectifs, élevée en conservation[5]. En 2004, 9 étalons figurent dans le stud-book et 232 naissances sont enregistrées[1].

Relevés de population transmis à la FAO
Année 1983 1986 1990 1994 1996 2009 2014
Population[1] <508 < 509 < 509 < 509 < 243 400 1500

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Gelders paard », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (DAD-IS) (consulté le 28 octobre 2015).
  2. a, b, c, d, e et f Hendricks 2007, p. 202.
  3. Bongianni 1988, p. 4.
  4. (en) Elwyn Hartley Edwards, The Complete Horse Book, Trafalgar Square, , 344 p., p. 109.
  5. (en) Janet Vorwald Dohner, The Encyclopedia of Historic and Endangered Livestock and Poultry Breeds, Yale University Press, coll. « Yale agrarian studies », , p. 354.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Bongianni 1988] (en) Maurizio Bongianni (trad. de l'italien par Ardèle Dejey), Simon & Schuster's Guide to Horses and Ponies [« Cavalli »], Simon & Schuster, , 255  p. (ISBN 0-671-66068-3, OCLC 16755485, lire en ligne), p. 129. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Edwards 2005] Elwyn Hartley Edwards, « Gelderlander », dans L'œil nature - Chevaux, Nord Compo, Villeneuve-d'Ascq, Larousse, , 255 p. (ISBN 9782035604088), p. 118
  • [Fitzpatrick 2008] Andrea Fitzpatrick, « Gelderlander », dans Le Monde fascinant des chevaux, Paris, Nov'edit, , 437 p. (ISBN 9782350332086), p. 138-139
  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks (préf. Anthony Austen Dent), International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199), « Gelderland », p. 202. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Pickeral 2003] (en) Tamsin Pickeral, The encyclopedia of horses & ponies, New York, Barnes & Noble, , 384  p. (ISBN 0-7607-3457-7, OCLC 51516515), « Gelderlander », p. 308Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Porter 2002] (en) Valerie Porter, Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CAB International, , 5e éd., 400  p. (ISBN 0-85199-430-X, OCLC 828044517), « Gelderland », p. 180Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Ravazzi 2002] Gianni Ravazzi (trad. de l'italien), « Gelder », dans L'encyclopédie des chevaux de race, Bergame, Italie, De Vecchi, , 190 p. (ISBN 9782732825946), p. 109