Gaston Hamelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gaston Hamelin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Nationalité
Formation
Conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Clarinettiste, enseignantVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maître
Genre artistique

Gaston Hamelin ( - ) est un clarinettiste français et professeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Saint-Georges-sur-Baulche (Yonne), Gaston Hamelin remporte le premier prix de clarinette au Conservatoire de Paris en 1904 sous la direction du professeur Charles Turban.

Il était un soliste reconnu, devenant le premier à interpréter la Première rhapsodie pour clarinette de Claude Debussy en 1919 avec l'orchestre des Concerts Pasdeloup sous la direction de Rhené-Baton ; On pense également qu'il est le premier à enregistrer ce travail[1],[2].

Gaston Hamelin a déménagé aux États-Unis en 1926 pour prendre le poste de clarinettiste solo à l'orchestre symphonique de Boston. Il a joué avec cet orchestre de 1926 à 1932[3], mais ne s'est pas vu offrir de renouvellement de contrat parce que le chef d'orchestre Serge Koussevitzky désapprouvait sa pratique de jouer sur une clarinette en métal[4] Selmer au lieu d'un instrument en bois de grenadille plus traditionnel[2],[5],[6]. Une anecdote à propos de son licenciement révèle qu'il a répondu aux louanges de sa performance lors d'une répétition en agitant son instrument en l'air, ce qui a fait «enrager» Koussevitzky.

Au début des années 1930, Hamelin retourne en France, où il est actif en tant que soliste et professeur particulier[2]. Son approche pédagogique était remarquable pour préconiser une embouchure à double lèvre, qui était moins courante que celle à lèvre simple, mais était créditée d'une embouchure réduite et d'une fluidité accrue du ton[2],[7]. On compte parmi ses élèves Rosario Mazzeo, Joseph Allard et Ralph McLane. Il est reconnu comme pédagogue et comme le fondateur de l'école "américaine" de clarinette et on lui attribue une influence significative sur le développement de la pratique de l'interprétation en France et aux États-Unis[2].

Il a été soliste à l'Orchestre national de la Radiodiffusion Française. Il fonde, en 1934, le renommé quintette à vent de l'Orchestre National de la Radiodiffusion Française », qui se produit souvent avec Jean Françaix.

« envoi a.s. : « Au Maître Gaston Hamelin, le “Casals” de la clarinette » »

— Marcel Gennaro

Il a été essayeur de clarinettes pour la maison Selmer et contribua à la mise au point du modèle "Balanced Tone".

Son fils Armand Hamelin, né en 1907, a joué de la clarinette basse dans l'Orchestre symphonique de Boston pendant les deux dernières années du mandat de son père[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Il a publié une méthode Gammes et Exercices pour clarinette chez les éditions Alphonse Leduc à Paris.

Il a retranscrit et adapté de nombreuses partitions pour clarinette[8]:

  • Ravel, pièce en forme de habanera, d'après Vocalise-étude en forme de habanera, arr. pour clarinette en sib et piano en 1926 (AL17597)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Franck Hoffman, Encyclopedia of Recorded Sound, CRC Press, (ISBN 9780415938358), « Woodwind Recordings (Historic) », p. 1200.
  2. a b c d e et f (en) Traccy Lynn Paddock, « Hamelin, Armand »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), A Biographical Dictionary of Twentieth-Century American Clarinetists, p. 136.
  3. (en) Eric Hoeprich, The Clarinet, Yale University Press, (ISBN 9780300102826), p. 209.
  4. Il s'agissait d'un modèle Full-Boehm.
  5. (en) Sherman Friedland, « Boston, 1931, contract not renewed, and what followed », (consulté le )
  6. (en) Pamela Weston, Clarinet Virtuosi of Today, Egom Publishers, (ISBN 9780905858463), p. 201.
  7. (en) Joanne Marie Britz, A Systematic Approach to Five Clarinet Fundamentals as utilized in Rose's Forty Etudes, University of Texas, (lire en ligne), p. 9.
  8. « HAMELIN Gaston. Archives du clarinettiste. », sur auction.fr, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]