Gabriel Loppé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (avril 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Crevasses sur le glacier du Géant - Massif du Mont-Blanc.

Gabriel Loppé (1825-1913) est un peintre français, photographe et alpiniste. Il est devenu le premier étranger membre du Club alpin britannique de Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était ingénieur et Loppé a passé son enfance dans le Sud-Est de la France. À 21 ans Loppé grimpe une petite montagne dans le Languedoc et y trouve un groupe de peintres qui en esquisse le sommet. Ce jour là il y trouve sa vocation. il se rend ensuite à Genève où il rencontré le leader suisse des peintres paysagistes, Alexandre Calame (1810 -1864). Loppé se met à l'alpinisme à Grindelwald dans les années 1850 et se fait facilement de nombreux amis parmi les alpinistes anglais en France et en Suisse. Bien qu'il soit souvent étiqueté comme un élève de Calame et de son rival François Diday , Loppé est plutôt un artiste autodidacte. Il est devenu le premier peintre à travailler à haute altitude, profitant de ses expéditions et gagnant le droit d'être considéré comme le fondateur de l'école des peintres-alpinistes, qui s'est établie en Savoie à la fin du XIXe siècle[1].

Parmi les suiveurs notables de Loppé on compte Charles-Henri Contencin (1875 -1955) et Jacques Fourcy (1900 -1991). Ils se retrouvèrent ensemble pour la première ascension du Mont Mallet par la voie des Grandes Jorasses de Chamonix, Loppé fera également plus de quarante ascensions du Mont Blanc au cours de sa carrière d'alpiniste, qui a duré jusqu'à la fin des années 1890[2]. Il a souvent fait des croquis à l'huile des sommets alpins, y compris un panorama depuis le sommet du Mont-Blanc.

Ses peintures sont célèbres pour leur atmosphère et leur spontanéité qui vont lui permettre d'être exposé à de nombreuses reprises à Londres et Paris. En 1896 Loppé aura passé plus de cinquante saisons d'escalade et de peinture à Chamonix.

Durant ses dernières années, Loppé est pris de fascination pour la photographie et a même beaucoup innové dans ce domaine. Sa photographie de la Tour Eiffel frappée par la foudre fait maintenant partie des collections du Musée d'Orsay à Paris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Noël Borgeaud, Gabriel Loppé : peintre, photographe & alpiniste, Glénat 2002 (ISBN 2723439860)
  2. John Mitchell, Peaks and Glaciers 2014 (2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]