Friedrich-Albert Lange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lange.
Friedrich-Albert Lange
Friedrich Albert Lange.jpg

Friedrich Albert Lange.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Wald (Solingen) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 47 ans)
MarbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Friedrich Albert LangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Friedrich-Albert Lange (1828 à Wald (de) près de Solingen - 1875 à Marbourg) historien et philosophe allemand, fils du théologien Johann Peter Lange.

Il professa à Cologne, puis à l'université de Bonn, enfin (1858) au gymnase de Duisbourg. En 1861, il se consacra à la politique et se rangea du côté d'August Bebel (fondateur du Parti socialiste démocrate).

Impliqué dans de continuels procès de presse, il se réfugia à Winterthur (près de Zurich) en 1866, retourna en Prusse en 1873 occuper la chaire de philosophie à l'université de Marburg.

On a suggéré que c'est Lange qui, par son Histoire du matérialisme, aura fait connaître à Nietzsche l'idée de l'éternel retour telle que la concevait l'astronome français Auguste Blanqui[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Question des travailleurs (titre allemand : Die Arbeiterfrage in ihrer Bedeutung für Gegenwart und Zukunft) (1865)
  • Histoire du matérialisme et critique de son importance à notre époque.
    • (de) Geschichte des Materialismus und Kritik seiner Bedeutung in der Gegenwart, édition originale en allemand, 1866.
    • (fr) traduction française par B. Pommerol, chez Reinwald et Cie, en deux tomes : T1, Histoire du matérialisme jusqu’à Kant, 1877 ; T2, Histoire du matérialisme depuis Kant, 1879 ; texte disponible sur wikisource. ; rééd. éditions coda, 2004, (ISBN 2-84967-008-1).
  • Études de logique (1877), posthume.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :