Françoise de Staël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Ne doit pas être confondu avec Françoise de Stael (mannequin).
Françoise de Staël
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Françoise de Staël (née Françoise Chapouton en 1925 à Saint-Jean-de-Maurienne et morte à Paris le [1],[2]) est une éditrice française.

Elle est la seconde épouse du peintre Nicolas de Staël.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parente de la première compagne du peintre, Jeannine Guillou, Françoise Chapouton arrive à Paris en 1944 où elle est accueillie par une grande famille qui vit dans un immense appartement rue de Rennes[3]. À ce moment-là, les Staël habitent au no 24 rue Nollet, un appartement vide et nu qui surprend Françoise Chapouton et sa parente qui l'avait entraînée là. Elle se destine aux études de droit. « Dans cette maison à la fois chaleureuse et dévastée » la jeune fille reviendra pour s'occuper des deux enfants, puis Nicolas de Staël fou de chagrin après la mort de sa première femme, Jeannine Guillou, croira retrouver un souffle de vie en l'épousant « dans les dernières semaines de l'hiver 1946[4] »,[5], qui elle, ne se fait aucune illusion sur l'état d'esprit du peintre. Nicolas de Staël restera à jamais inconsolable et inconsolé[6]. Françoise de Staël, qui lui donnera trois enfants, sait très vite qu'elle ne compte pas beaucoup en regard de Jeannine Guillou disparue.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Après la mort du peintre, elle s'attachera à faire connaître son œuvre, travaillant avec la fille de Jeannine Guillou, Anne de Staël qui a rédigé un ouvrage sur la peinture de son père. Françoise a géré l'œuvre de son mari, qui s'était séparé d'elle bien avant sa mort, sans toutefois divorcer[7] et avec l'aide notamment de Daniel Dobbels, elle a édité plusieurs catalogues raisonnés. Elle a été un personnage discret, retiré du monde et des mondanités. Avant de mourir, elle a eu le temps de compléter le catalogue raisonné de 1997, qui comprend 1100 huiles, en collaboration notamment avec la fille du peintre, Anne, André Chastel, Germain Viatte, avec un catalogue raisonné des œuvres sur papier.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Françoise de Staël (éditeur), Nicolas de Staël : catalogue raisonné de l’œuvre peint, Paris, Ides et Calendes, , 1267 p. (ISBN 978-2825800546) réédition 2000
  • Françoise de Staël (éditeur), Nicolas de Staël : catalogue raisonné des œuvres sur papier, Paris, Ides et Calendes, (ISBN 978-2825802489), p. 595 ce dernier catalogue complète le précédent

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Françoise de Staël », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 février 2020)
  2. Nécrologie de Françoise de Staël par Thomas Bizien dans Le Journal des arts.
  3. Greilsamer, p. 143.
  4. Greilsamer, p. 161.
  5. kronobase.org.
  6. Dobbels, p. 96
  7. Greilsamer, p. 256

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]