François-Hippolyte Destailleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François-Hippolyte Destailleur
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
François-Hippolyte DestailleurVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Enfants

François Hippolyte Destailleur, né en 1787 à Paris où il est mort en 1852, est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Louis d'Estailleur (qui modifia l'orthographe de son patronyme en Destailleur sous la révolution) avocat, Président du Tribunal du département de la Seine et de Julie Jeanne Sandrié dont le père était entrepreneur des Bâtiments du Roi et du duc d'Orléans. Par sa mère il se rattache à la dynastie des Sandrié, qui compte de nombreux architectes et entrepreneurs de bâtiments et qui donneront leur nom à une impasse du 9e arrondissement. Il entre sur la recommandation d'un ami de sa famille dans l'atelier de l'architecte Charles Percier dont il devient l'un des meilleurs élèves.

Entre aux Beaux-Arts en 1805.

En 1808 il concourut pour l’exécution d’une orangerie d’hiver dont Napoléon demandait le plan à tous les architectes de France et remporta le prix.

L’orangerie ne fut pas exécutée mais ce prix lui permit de se rendre en Italie où pendant trois ans (1811-1814) il étudia les chefs-d’œuvre de l’art. Il exécuta ses premiers travaux pour le Duc de Vicence, qui l’agréa sur la présentation de Fontaine. Il s’agissait de la construction d’une église à Caulaincourt et de la réparation du château.

Peu après, vers la fin de l’Empire, il construisit le château de Fremigny pour le marquis de Semonville et celui de Dieuville près de Brienne pour le comte de Laoménie.

En 1814 il devient l’architecte du Duc d’Orléans. En 1817, il est nommé architecte du ministère des Finances. Il édifie alors le nouveau bâtiment du ministère dans le quadrilatère formé par les rues de Rivoli, du Mont-Thabor et de Castiglione. Le bâtiment, qui s'étend sur près de 11 000 m2, sera détruit lors de la Commune de Paris en 1871.

En 1819 celui du Ministère de la justice dont il devient l’architecte accrédité en 1840

De 1814 à 1816 il travailla à la transformation de l’hôtel de la duchesse d’Orléans, connu sous le nom d’Hôtel de Roquelaure, rue Saint Dominique, aujourd’hui 246 boulevard Saint Germain.

Ce travail qui dura six ans et couta 10 millions de francs, lui valut le 22 mai 1825 d'être fait chevalier de la Légion d’Honneur.

Cette même année, à la mort de Michel-jacques Boulard il fut chargé de l’exécution de l’Hospice Saint-Michel dans le 12e arrondissement de Paris.

En 1826 le comte de Peyronnet, Garde des Sceaux de Charles X, commande à François-Hippolyte Destailleur l’aménagement d’une galerie à l’Hôtel de Bourvallais, la galerie Peyronnet.

En 1833 il est nommé architecte de la Monnaie.

En 1842, avec Louis Visconti, il restaure en partie le château de Vaux-le-Vicomte.

En 1846, il édifie avec son gendre Romain de Bourge le passage Jouffroy, qui sera sa dernière construction.

Vie privée[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Eleonor O'Brien, il eut cinq enfants :

Œuvre architectural[modifier | modifier le code]

  • Château de Caulaincourt et église du village (1811) pour le duc de Vicence
  • Château à Dieuville près de Brienne pour M. de Loménie (1812)
  • Hôtel d’Harcourt rue Vanneau pour le duc d’Harcourt
  • Château de Friedrich Kalkbrenner à Nogent sur Vernisson près Montargis (1839)
  • Château de Gurcy, Seine et Marne
  • Ministère des finances (1826-1832)
  • Construction à Paris pour la comtesse de Beaumanoir
  • Construction à Paris pour le baron de Meyendorff
  • Construction à Paris pour la comtesse de Saint Priest
  • Construction à Paris pour le vicomte de Viart