Fort Delgrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fort Delgrès
Image dans Infobox.
Entrée du fort et monts Caraïbes (arrière-plan).
Présentation
Type
Style
Fort militaire
Construction
XVIIe siècle
Propriétaire
Département
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de la Guadeloupe
voir sur la carte de la Guadeloupe
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Petites Antilles
voir sur la carte des Petites Antilles
Red pog.svg

Le fort Delgrès, anciennement fort Saint-Charles, est un fort français qui domine la ville de Basse-Terre en Guadeloupe. Il fut un haut lieu de la lutte franco-anglaise dans les Antilles puis de celle des Guadeloupéens conduits par l'officier mulâtre et résistant contre les troupes de Napoléon Louis Delgrès contre le rétablissement de l’esclavage par Richepanse. Il a été classé monument historique par arrêté du [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1650, Charles Houël, gouverneur puis seigneur et propriétaire de la Guadeloupe, fait construire une maison forte sur une hauteur dominant la ville de Basse-Terre, capitale de l'île à cette époque. Cet édifice est un lieu sécurisé mais surtout le symbole de son pouvoir sur la population[2]. Il porte alors le nom de fort Saint-Charles.

Dès son inauguration, il est régulièrement la cible des attaques anglaises, alors le grand concurrent des Français dans les Antilles avec les Hollandais et les Espagnols. Bien qu'il soit facile à bombarder depuis la mer, il est peu à peu transformé en une véritable forteresse. Après un bombardement intensif, le , pendant la guerre de Sept Ans, il est évacué par l'armée française. À cette époque, il est rebaptisé fort Royal[2].

En 1794, durant la Révolution, Basse-Terre est occupée par les Anglais et l'ouvrage prend alors le nom de Fort Mathilde (Fort Matilda)[3],[4]. Des références au monument sous ce nom se retrouvent également sur des plaques commémoratives en mémoire d'officiers anglais tombés au combat au sein d'autres monuments historiques de la Caraïbe. L'une de ces plaques est encore aujourd'hui visible à l'All Saints Church ou Holy Trinity Cathedral dans la ville de Port of Spain (Trinidad-et-Tobago[5]).

Après de violents affrontements avec les troupes anglaises, Victor Hugues parvient à s’en emparer à la fin de l'année 1794, ce qui lui permet de reprendre le contrôle de la Guadeloupe et d’y faire appliquer l’abolition de l’esclavage décrétée le 4 février par la Convention nationale.

En , Napoléon ayant rétabli la légalité de l’esclavage dans les colonies où l’abolition n’avait pas encore été appliquée en raison de résistances des planteurs, il laisse son général Richepanse envahir la Guadeloupe pour y rétablir également l’esclavage, cette fois en dehors de tout cadre légal. Le fort est alors occupé par l'armée coloniale de Delgrès et Ignace, en résistance contre l’assaut de Richepanse et de ses troupes venues de métropole. Cette bataille, perdue par Delgrès et ses hommes, est la dernière bataille impliquant ce fort[2].

Le , le fort est officiellement déclassé par les militaires[2]. Le 15 juillet 1912, la vente publique de tous les forts de la Guadeloupe est autorisée avec obligation de démantèlement. En janvier 1916, les recrues pour la guerre sont cantonnées dans le fort. Le 26 mai 1917, le gouverneur Merwart prend un arrêté de classement du fort Saint-Charles en tant que monument remarquable de la Guadeloupe. Cependant, des parcelles sont vendues à des particuliers tandis que d'autres sont squattées. Dès 1924, il est exploité en tant que hangar à bananes destinées à l'exportation par Maurice Fissier qui est à l'origine de travaux tels que le remplacement du pont-levis écroulé par un pont en madriers. En 1950, la grande caserne qui logeait à l'époque l'armée a été frappée par un incendie. En 1975, l'Etat le cède pour le franc symbolique au département[6]. Classé monument historique le , il est rebaptisé fort Delgrès en 1989 par le conseil général de la Guadeloupe en hommage au héros de l'abolition Louis Delgrès. Depuis 2004, il est la propriété et le siège de la direction des affaires culturelles et du patrimoine.

Description[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le fort se situe à l'extrémité sud de la ville de Basse-Terre, contre le Galion et le bord de la mer des Caraïbes. Il domine la ville de Basse-Terre. Ses épaisses murailles de pierres surplombent la mer et offrent une vaste vision panoramique sur la mer, la ville et la montagne.

L'accès se fait à partir de la rue du Gouverneur-Aubert, dans le quartier du Carmel[6].

Construction[modifier | modifier le code]

Plan du Fort Delgrès
Le corps de garde du fort.
Un bastion au fort Delgrès. Aout 2017.

Le fort initial a été construit au XVIIe siècle, il a ensuite subi deux grands agrandissements en 1720-1759 puis en 1759-1770. Construit en pierre, ses imposantes murailles se voient depuis la mer.

La disposition initiale du fort est dans le sens est-ouest, perpendiculaire à la mer. Adossé à la rive nord du Galion, sa principale faiblesse est l'alignement de ses diverses zones de vie depuis la mer, le rendant très peu résistant aux canonnades ennemies. Des traverses de défilement sont construites pour arrêter la course des boulets et compartimenter chaque partie.

Entre 1720 et 1750, les casemates, la poterne et la grande poudrière vinrent compléter la partie la plus ancienne du monument.

Entre 1763 et 1780 y furent ajoutés, les cuisines, les citernes, un souterrain qui mène dans les fossés en direction du Carmel. Les grand contreforts en forme de demi-lune viennent améliorer la défense du fort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00105850, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a b c et d Laporal 2010, p. 138-143.
  3. (en) Martin Howard, Death Before Glory: The British Soldier in the West Indies in the French Revolutionary and Napoleonic Wars 1793-1815, Pen and Sword, (ISBN 978-1-78159-341-7, lire en ligne)
  4. « Le Fort Delgrès, un fleuron du patrimoine historique guadeloupéen », sur m.portail-guadeloupe.com (consulté le 27 mai 2020)
  5. (en) An-gelo Bissessarsingh, « Last trace of a violent chapter of Caribbean history », sur www.guardian.co.tt (consulté le 27 mai 2020)
  6. a et b Marie-Emmanuelle Desmoulins, « Fort Saint-Charles puis Fort Mathilde puis Fort Richepance, actuellement Fort Delgrès », sur pop.culture.gouv.fr, (consulté le 6 juin 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Médiagraphie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]