Forêt d'Écouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forêt régionale d'Écouen
Image illustrative de l’article Forêt d'Écouen
Le château d'Écouen, son parc, la forêt qui l'entoure et la ville en contrebas.
Localisation
Coordonnées 49° 01′ 01″ nord, 2° 22′ 27″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Géographie
Superficie 105 ha
Compléments
Statut Forêt régionale, propriété de la Chancellerie de la Légion d'honneur
Administration Agence des espaces verts de la région d'Île-de-France

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

(Voir situation sur carte : Val-d'Oise)
Forêt d'Écouen

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Forêt d'Écouen

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forêt d'Écouen

La forêt d'Écouen est un massif forestier de 105 hectares[1] situé dans le Val-d'Oise, à 15 km au nord de Paris. Elle constitue l'écrin[Quoi ?] du château d'Écouen, devenu en 1977 musée national de la Renaissance.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La forêt est située sur les versants ouest et sud-ouest d'une petite butte-témoin dominant la plaine de France. À son sommet se trouve le château d'Écouen, et, de l'autre côté, en bas, la gare d'Écouen-Ézanville.

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

Le massif d'Écouen est entièrement situé sur le territoire de la commune du même nom, et coiffe le nord de la commune de Sarcelles ; son prolongement est situé sur le territoire de la commune de Villiers le bel dit bois du Mont Griffart. À l'ouest s'étend le bois du Luat créant une continuité boisée allant jusqu'aux contreforts du massif forestier de Montmorency. On peut voir, à hauteur de la zone d'activités de Piscop la route qui sépare les forêts d'Ecouen et de Montmorency.

Composition de la forêt[modifier | modifier le code]

La forêt est composée majoritairement de chênes (60 %), de châtaigniers, et de divers autres feuillus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château d'Écouen.

L'histoire de ce petit massif est indissociable de celle du château. Domaine pour la vénerie, devenu bien national à la Révolution, la forêt est affectée à la Grande Chancellerie de la Légion d'honneur par deux décrets de 1806 et 1807. Napoléon avait en effet décidé de faire du château d'Écouen la maison d'éducation des jeunes filles de la Légion d'honneur.

Le massif est amputé de trois hectares pour la construction du fort d'Écouen en 1875, ouvrage défensif construit à la suite de la défaite de 1870.

Fin 2010, tandis que les trois massifs forestiers de Montmorency, L'Isle-Adam et Carnelle font l'objet d'une étude pour un potentiel classement en forêt de protection, un conseiller municipal vert de Domont estime que la forêt d'Écouen pourrait bénéficier du même classement, ce massif étant, selon lui, le plus menacé[2].

Le domaine du château d'Écouen est classé monument historique[3] depuis juillet 2007.

Administration[modifier | modifier le code]

La forêt d'Écouen est toujours la propriété de la Chancellerie de la Légion d'honneur. La gestion et l'aménagement de la forêt est assuré par l'Agence des espaces verts de la région d'Île-de-France, son entretien, sa présevation et son exploitation par l'ONF. Le financement est assuré par le département du Val-d'Oise ainsi que la région[1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chantal Bor, « État des lieux : la forêt d'Écouen au temps des princes de Condé », dans Andrée Corvol et Anne-Laure Sol, Histoires d'arbres, Gourcuff-Gradenigo / Musée d'art et d'histoire Louis Senlecq, , p. 93-113