Fascia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’anatomie
Cet article est une ébauche concernant l’anatomie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fascia (homonymie).
En gris à droite, fascia thoracolombaire

Un fascia est une membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique. Il est composé de tissu conjonctif très riche en fibres de collagène. Ils sont connus pour être des structures passives de transmission des contraintes générées par l'activité musculaire ou des forces extérieures au corps.

Il a également été montré qu'ils sont capables de se contracter et d'avoir une influence sur la dynamique musculaire[1] et que leur innervation sensitive participait à la proprioception et à la nociception[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Fascia signifie "bandelette". Ce terme apparait en 1816 quand Bichat publie le "traité des membranes". Dans son introduction, il constate : "les membranes n'ont point été jusqu'ici un objet particulier de recherche pour les anatomistes" En 1858 Gray propose une la définition suivante du fascia  : "une masse de tissu conjonctif assez importante, visible à l'oeil nu et dont les fibres sont entrelacées".

Définition[modifier | modifier le code]

Terme très hétérogène, lame de tissu conjonctif, dissécable macroscopiquement.

On peut distinguer[3] :

  • le fascia superficiel (ou tissu sous-cutané), qui constitue la couche profonde de la peau ;
  • le fascia profond, une lame fibreuse sur laquelle repose le fascia superficiel et qui sépare les muscles superficiels du tissu sous-cutané[4] ;
  • les fascias internes, qui comblent les espaces entre divers organes ;
  • les fascias viscéraux, qui correspondent à la tunique externe de certains viscères, sur les surfaces non recouvertes de séreuse.

Le fascia superficiel et les fascias internes sont constitués de tissu conjonctif lâche, tandis que le fascia profond et les fascia viscéraux sont composés de tissu conjonctif dense[3].

On peut également distinguer le fascia musculaire, qui est une formation de tissu conjonctif dense entourant un muscle, et qui est au contact de l'épimysium[4].

De manière plus restrictive, le terme fascia peut désigner uniquement la membrane de tissu conjonctif fibreux qui sépare les plans tégumentaires des plans profonds d'un segment du corps[5]. Il s'agit du fascia profond ; il porte le nom de la partie du corps concernée, un exemple étant le fascia brachial[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Les fascias sont issus d’un même feuillet embryonnaire : le mésoderme.

Pathologie[modifier | modifier le code]

  • Le fascia peut s’inflammer, entraînant une fasciite.
  • Hypothèse est faite que les fascia pourraient présenter des contractures[6].

Classification[modifier | modifier le code]

Tête[modifier | modifier le code]

Membres supérieurs[modifier | modifier le code]

Membres inférieurs[modifier | modifier le code]

Dos[modifier | modifier le code]

Abdomen[modifier | modifier le code]

Médecine alternative[modifier | modifier le code]

Depuis les quatre derniers congrès sur le fascia "fascia research congress" (ostéopathie), le fascia est défini comme le composant tissulaire mou du système tissulaire conjonctif qui imprègne le corps humain. Il comprend les aponévroses, les ligaments, les tendons, le rétinaculum (présent dans le ganglions lymphatiques, la rate, la moelle osseuse, le foie et les reins), les capsules articulaires, les membranes vasculaires, les membranes organiques, les méninges, le périoste, les fibres intra et inter musculaires du myofascia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Schleip R, W. Klingler et F. Lehmann-Horn, « Fascia is able to contract in a smooth muscle-like manner and thereby influence musculoskeletal mechanics. », Journal of Biomechanics, vol. 39, no S488,‎ (lire en ligne [PDF])
  2. (en) Willard FH, « The thoracolumbar fascia: anatomy, function and clinical considerations. », Journal of Anatomy, vol. 6, no 221,‎ , p. 507-36 (PMID 22630613)
  3. a et b Pierre Kamina, Anatomie clinique - Anatomie générale, membres - tome 1, 4e édition, 2009, chapitre 1 « Introduction »
  4. a, b et c Pierre Kamina, Anatomie clinique - Anatomie générale, membres - tome 1, 4e édition, 2009, chapitre 4 « Système musculaire »
  5. Académie nationale de médecine, Dictionnaire médical de l'académie de médecine, version 2016 « Fascia »
  6. (en) R Schleip, F Klingler et F Horn, « Active fascial contractility: Fascia may be able to contract in a smooth muscle-like manner and thereby influence musculoskeletal dynamics », Medical Hypotheses, vol. 65, no 2,‎ , p. 273–7 (PMID 15922099, DOI 10.1016/j.mehy.2005.03.005)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Paoletti, Les Fascias, Rôle des tissus dans la mécanique humaine, Sully,‎ (ISBN 978-2-35432-021-8)