Famille de Selys Longchamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Sélys et Longchamps.
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Selys Longchamps.
Famille de Selys Longchamps
Image illustrative de l'article Famille de Selys Longchamps
Armes

Blasonnement D'azur à la croix d'argent chargée de cinq coquilles de sable.
Devise « Virtus in cruce », d'azur sur un listel d'argent.
Branches Selys Longchamps
Selys de Fanson (éteinte dans les mâles)[1]
Fiefs tenus Seigneurs d'Opoeteren, Dorne, Florennes, Liers, Milmort, Frère, Heure, Wihogne, Jeneffe, Awan, Fanson et Abswellen.
Charges Bourgmestres de Liège, président du Sénat, consul général de Belgique.
Fonctions ecclésiastiques Trois chanoines à Liège.
Preuves de noblesse
Montres Concession de noblesse du Saint-Empire en 1656. Concession du titre de Baron du Saint-Empire en 1699. Reconnaissance de noblesse en 1867, 1887 et 1903. Reconnaissance du titre de baron en 1867 et en 1887. Concession du titre de comte en 1958.

La famille de Selys Longchamps est une famille de la noblesse belge originaire de la principauté de Liège et dont l'ascendance prouvée remonte à 1575.

Lignage[modifier | modifier le code]

En 1656, Michel de Selys, ancien bourgmestre de Liège, reçut en même temps que ses frères Hubert et Godefroid, un titre nobiliaire de Ferdinand III du Saint-Empire romain germanique. Son petit-fils, Walter de Selys, reçut en 1699 de Léopold Ier du Saint-Empire le titre de Baron du Saint-Empire, transmissible à tous les héritiers[2]. Il épousa Marie-Catherine Fabricius, fille d'Anne-Françoise de Longchamps. Les générations suivantes prirent le patronyme de « de Selys Longchamps ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Coen, Michel-Edmond de Sélys-Longchamps [sic] 1813-1900 Gentilhomme savant et démocrate, 1982.
  • Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse belge, Annuaire de 1981, première partie Sa-Se, Bruxelles, 1981, pp. 113-122.
  • Jean-François Houtart, Anciennes familles de Belgique, Recueil LXI de l'Association royale Office généalogique et héraldique de Belgique, Bruxelles, 2008, pp. 213-214.
  • Pierre Hanquet, Les Liverlo à Liège, dans Société des Bibliophiles liégeois, 1963, p. 247.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse belge, Annuaire de 1981, première partie Sa-Se, Bruxelles, 1981, pp. 121 et 122
  2. Paul Janssens et Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge, Crédit-Communal, Bruxelles, 1992.