Famille de Rieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armes de la maison de Rieux : D'azur à dix besants d'or posés 4, 3, 2, 1. Devises: 1° À tout heure, bellier; 2° Tout un.

La famille de Rieux est une des plus anciennes et des plus considérables de la noblesse bretonne du Moyen Âge et de la Renaissance, qui tient son nom du fief de Rieux dans le Morbihan.

Elle est éteinte depuis la fin du XVIIIe siècle en la personne de Louis de Rieux, né en 1768 à Paris, mort sans alliance à 25 ans, fusillé en 1795 à Auray après avoir participé au débarquement de Quiberon.

Origines[modifier | modifier le code]

La famille de Rieux est issue d'un Rualt, seigneur de Rueux, que plusieurs auteurs supposent être la même personne ou le descendant de Rudalt ou Rodoald, comitis (comte carolingien, non héréditaire) de Vannes, fils d'Alain le Grand, prince des Bretons. On lui connait deux fils:

    • Josselin, seigneur de Rieux, père de Guétéhénoc,
    • Rodoald II, ou Raoul, père d'Alain Ier de Rieux, coseigneur de Rieux, marié avec Mauricie d'Estouteville.

Rualt est un nom germanique indiquant qu'il était un officier carolingien, ce qui concorde avec ses fonctions de comte de Vannes.

Possessions[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Rieux[modifier | modifier le code]

  • Au IXe siècle, Alain le Grand, puissant chef breton et comte de Vannes ou de Broherec, établit sa résidence sur la motte castrale de Rieux. Alain est nommé princeps de Bretagne et surnommé le Grand, après avoir vaincu les Normands à Questembert en 888. Les Normands ruinent le château au Xe siècle.

Au XIIe siècle, des seigneurs de Rieux qu'on suppose être les descendants d'Alain le Grand, rétablissent le château et prennent le nom.

Marquis de Rieux, seigneurs d'Assérac[modifier | modifier le code]

Vicomtes de Donges[modifier | modifier le code]

Seigneurs puis barons de Malestroit[modifier | modifier le code]

En 1451, leur seigneurie de Malestroit est érigée en baronnie.

Article détaillé : Liste des seigneurs de Malestroit.

Comtes d'Harcourt[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, les seigneurs de Rieux sont également comtes d’Harcourt. Ce titre leur vient du mariage de Jeanne d'Harcourt, en 1414, avec Jean III de Rieux.

Le fief d'Harcourt passe par Louise de Rieux, fille de Claude et sœur de Henri de Rieux ci-dessous, à la maison de Guise-Elbeuf, car elle épouse en 1555 René II marquis d'Elbeuf.

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

  • Rudalt de Rieux, seigneur de Rieux, attesté au XIe siècle, père des deux suivants:
    • Josselin, seigneur de Rieux, père de Guétéhénoc,
    • Rodoald II, ou Raoul, père d'Alain Ier de Rieux, coseigneur de Rieux, marié avec Mauricie d'Estouteville.
  • Alain II de Rieux XIIIe siècle
  • Jean III de Rieux (1377-1431), seigneur puis baron de Malestroit, seigneur de Rochefort, et comte d'Harcourt par sa femme à partir de 1452
  • François de Rieux (1418-1458), fils du précédent, comte d'Harcourt de 1456 à 1458, épouse Jeanne de Rohan en 1442
  • Jean IV de Rieux (1447-1518), baron de Malestroit et comte d'Harcourt, maréchal de Bretagne, épouse Isabelle de Brosse (morte en 1527), fille de Jean II de Brosse, comte de Penthièvre.
  • Claude de Rieux (1497-1532), baron de Malestroit et comte d'Harcourt, fils du précédent, épouse Suzanne de Bourbon-Montpensier (morte en 1570), fille de Louis de Bourbon et de Louise de Montpensier
  • Henri de Rieux (mort en 1557), baron de Malestroit et comte d'Harcourt, fils du précédent,
  • Renée de Rieux, fille du précédent, maîtresse du roi de France Henri III.
  • Louis de Rieux, sieur d'Assérac, dernier du nom, né en 1768 à Paris, mort sans alliance à 25 ans, fusillé à Auray en 1795.

Principales alliances[modifier | modifier le code]

La famille de Rieux s'est alliée avec les familles de Beaumont, de Léon, d'Ambroise, de Machecoul, de Goyon, de Clisson, de Rochefort, d'Harcourt, de Coësme, de Rohan, de Montmorency, de Maillé, de Brosse, de Bourbon-Montensier, de Lorraine-Elboeuf, d'Aiguillon, de Butault, d'Illiers, de Saulx-Tavannes, de Vachon de Belmont, etc..

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • Ancien: D'azur à dix besants d'or posés 4, 3, 2, 1.
  • Moderne : D'azur, à dix besants d'or, 3, 3, 3 et 1.
Devises
  • "À tout heure, bellier"[2] ;
  • "Tout un".[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Folio 75r de l'Armorial de Gelre
  2. a, b et c Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  3. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)