Faculté d'anthropologie de l'université du Tennessee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
University Anthropological Research Facility
Généralités
Création 1971
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Université Université du Tennessee
Coordonnées 35° 56′ 25″ nord, 83° 56′ 32″ ouest
Adresse 250 South Stadium Hall
Knoxville, TN 37996-0720
Site internet http://web.utk.edu/~anthrop/index.htm
Cadre éducatif
Type Ferme des corps
Directeur Dawnie Wolfe
Localisation

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Tennessee

(Voir situation sur carte : Tennessee)
Point carte.svg

La faculté d'anthropologie de l'université du Tennessee, (en anglais : University Anthropological Research Facility ) dite ferme des corps (« Body Farm ») ou Faculté d'anthropologie médico-légale (« Forensic Anthropology Facility », FAC)[1], a été créée à la fin de l'année 1971 par l'anthropologiste, William Bass pour permettre l'étude de la décomposition des restes humains. Elle est installée à quelques miles du centre-ville de Knoxville, Tennessee, États-Unis, à côté du centre médical (en) de l'université du Tennessee.

La ferme des corps est un terrain boisé de 2,5 acres (10 000 ), protégée par une clôture de barbelés. L'emplacement des corps n'est pas laissé au hasard, il doit servir à observer la décomposition des corps. Les corps sont placés dans différentes positions et emplacements correspondants aux variables de décomposition des corps. La ferme est passée de 20 corps exposés en 2003 à environ 150 en 2007[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La faculté de recherche anthropologique, fut la première ferme des corps. Cette institution fut créée par William Bass dans le but de fournir un terrain d'expérimentation pour analyser la décomposition des cadavres dans différentes situations réelles. Dans cette ferme, le cadavres humains sont exposés aux éléments naturels dans différentes reconstitutions scientifiques ; exemples : accident de car et découverte tardive des cadavres, personne assassinée enterrée dans une tombe peu profonde[4].

Avant la création de cette ferme des corps, aucune étude sur la décomposition des cadavres n'avait été faite depuis le XIIe siècle et les travaux de Song Ci[5]. Cette installation a surtout permis de faire des progrès scientifiques dans le domaine de la détermination de la date de décès d'après l'état de décomposition du corps. Dans les années 1970, des corps non-réclamés ou donnés étaient exposés au pourrissement dans une ferme abandonnée, propriété de l'université. Au début des années 1980, la « body farm » (ferme des corps) fut lancée avec un seul cadavre, un petit terrain et une nouvelle idée. À ce moment-là, monsieur Bass est, à la fois, directeur du département d'anthropologie de l'Université du Tennessee depuis un peu plus d'une décennie et, anthropologue médico-légal pour l’État du Tennessee. En raison de ces fonctions, Bass est la personne qui, doit être appelé pour ce rendre sur les lieux de découverte des cadavres et déterminer la cause et l'heure du décès[6]. Le permier cadavre déposé à la "ferme" est celui d'une personne victime d'une série de crimes sur lequel Bass a enquêté. Ce corps a permis de démontrer l’importance d'avoir un endroit pour étudier et observer la décomposition des corps.

Donner son corps[modifier | modifier le code]

Le don de corps est nécessaire pour la continuation de la recherche. Entre trente et cinquante corps sont donnés chaque année[7]. Il existe une procédure spécifique. Par exemple, une fois qu'un corps a été donné, les restes ne seront pas retourné à la famille, puisque le squelette sera ajouté dans la « Collection des squelettes donnés » du programme. Les corps infectés par des maladies telles que le VIH ou le staphylocoque doré résistant ne peuvent être donnés qu'après être passé en crémation, ce qui permet d'éviter les risques de propagation de maladie et de faire des recherches sur des corps dans un état particulier. La procédure administrative doit être complète avant le transport du corps à la faculté[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michele Dula Baum et Toria Tolley, « Pastoral putrefaction down on the Body Farm », CNN,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Louise Knapp, « Death Stinks, but It's Revealing », Wired.com,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Randy Dotinga, « Professor Needs More Land for Bodies on Corpse Farm », Wired.com,‎ (lire en ligne)
  4. Katherine Ramsland, « The Body Farm: Death's Acre: the Film », CrimeLibrary.com, (consulté le 24 mars 2008)
  5. Byrd et Castner 2001.
  6. Joseph Neff, « People lie, but insects don't lie », The News and Observer via DeathPenaltyInfo.org, (consulté le 24 mars 2008)
  7. « Body Donation », UTK.edu (consulté le 17 avril 2008)
  8. « Body Donation Program Policy », UTK.edu, (consulté le 17 avril 2008)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]