Eyalet d'Aidin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eyalet d'Aidin
(turc) Eyalet-i Aydın

18271864

Description de cette image, également commentée ci-après
Localisation de l'eyalet d'Aidin dans l'Empire ottoman en 1861.
Informations générales
Statut Eyalet de l'Empire ottoman
Capitale Aydın (1827-1841 et 1843-1846)
Izmir (1841-1843 et 1846-1864)

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L'eyalet ou pachalik d'Aidin (ou Aydın) est une province de l'Empire ottoman située en Anatolie, sur la mer Égée, créée en 1827 par division de l'ancien eyalet d'Anatolie. Sa capitale était, selon les époques, Aydın ou Izmir (Smyrne). La réforme administrative de 1864, qui transforme les eyalets en vilayets, en fait le vilayet d'Aidin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une rue de Smyrne vers 1840, par Thomas Allom.
La ville de Smyrne en 1843-1844, par Étienne Rey, 1867.
Mosquée Kurşunlu à Muğla, 2014.
Ville d'Asie mineure, par Alexandre-Gabriel Decamps, 1846.

L'émirat d'Aydın, une des principautés turques issues du sultanat de Roum, est annexée par les Ottomans une première fois en 1390 et définitivement en 1490. Elle est rattachée au beylerbeylik d'Anatolie qui comprend toutes les possessions asiatiques des Ottomans.

Au début du XIXe siècle, la métropole de la province est Izmir, « centre du commerce du Levant », avec 130 000 habitants. Elle exporte des soies, tissus en poil de chameau ou de chèvre, cotonnades, mousselines, tapis, drogueries, ainsi que des bijoux, perles et pierres précieuses. Les rues sont étroites et les maisons basses et d'apparence modeste, si luxueux que soit leur intérieur, pour échapper aux exactions des autorités turques. Le quartier « franc », c'est-à-dire des Européens, est gouverné de façon autonome par les consuls de leurs pays d'origine[1].

Les autres grandes villes sont Aydın, aussi appelée Güzelhisar (« belle forteresse », 20 000 à 30 000 habitants), Kasaba (Turgutlu, 6 000 maisons environ) et Manisa (40 000 habitants). La région de Manisa, à forte population grecque d'Ionie, est gouvernée depuis le milieu du XVIIIe siècle par la famille Karaosmanoğlu (en). Plusieurs ports secondaires se trouvent le long de la mer Égée : Foça, l'ancienne Phocée ; Kuşadası (Scala Nova) ; et Bodrum, l'ancienne Halicarnasse, où se trouve un petit chantier naval[2].

En 1856, une compagnie britannique, l'Ottoman Railway Company (en), obtient une concession pour la première voie ferrée de l'Empire ottoman, la ligne d'Izmir à Aydın.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

La plaine du Méandre, 2010.

La province est subdivisée en 5 sandjaks :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 8, Paris, 1835, p. 125-126.
  2. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 8, Paris, 1835, p. 122-127.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Aidin Eyalet » (voir la liste des auteurs) dans sa version du 15 novembre 2016.
  • Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 8, Paris, 1835 [1]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Convention du chemin de fer ottoman de Smyrne à Aidin de sa Majesté impériale le Sultan, 23 septembre 1856 (23 moharem 1272) [2]