Eustathe de Mtskheta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eustathe.
image illustrant le christianisme
Cet article est une ébauche concernant le christianisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Saint Eustathe
Image illustrative de l'article Eustathe de Mtskheta
Eustathe de Mtskheta, représentation du XIXe siècle
Décès 589 
à Tbilissi (Géorgie)
Fête 29 juillet

Eustathe de Mtskheta († 589), est un saint des Églises chrétiennes du VIe siècle.

Il est célébré le 29 juillet[1],[2].

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Né sous le nom de Gvirobandak dans une famille de mages d'origine persane, il s'installe dans la région du Kartli, en Géorgie de l'est, plus précisément dans l'actuel Mtskheta-Mtianeti.

Eustathe s'établit à Mtskheta, capitale de l'ancien royaume d'Ibérie, à l'âge de 30 ans. Admiratif de la foi chrétienne, il y est baptisé et épouse une femme chrétienne[3].

Eustathe est dénoncé, par instigation de ses congénères, pour avoir refusé de participer à une fête païenne. Il est amené avec sept compatriotes à Tiflis.

Il refuse de renier sa nouvelle religion ; il est alors torturé puis jeté en prison. Libéré après six mois, il est à nouveau dénoncé et renvoyé en prison. Lors de son procès, il prononça un discours solennel en faveur de la foi chrétienne, dans lequel il énonce notamment : « la foi chrétienne est supérieure à toutes les autres fois et aucune autre foi ne peut égaler la foi des chrétiens »[4]. Il est alors torturé et décapité en 589.

Culte[modifier | modifier le code]

Ses reliques, qui se trouvent dans la cathédrale patriarcale de Mtskheta, auraient fait de nombreux miracles[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. nominis.cef.fr Nominis : Saint Eustathe de Mtskheta
  2. forum-orthodoxe.com Forum orthodoxe francophone : saints pour le 29 juillet du calendrier ecclésiastique.
  3. a et b Synaxaire des saints de l'Église orthodoxe, tome cinquième, p. 278.
  4. books.google.com Google books : « Les apologistes chrétiens et la culture grecque », sous la direction de Bernard Pouderon, Joseph Doré.