Eugène-Melchior Péligot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène-Melchior Péligot
Eugene peligot.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Eugénie-Rosalie-Bernardine Péligot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Berthe-Adèle Péligot (d)
Maurice-Jules Péligot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions

Eugène-Melchior Péligot, né le à Paris et mort le à Paris, est un chimiste français qui isola le premier le métal uranium en 1841[1].

Eugène-Melchior Péligot a prouvé que la poudre noire de Martin Heinrich Klaproth n'était pas un métal pur mais le dioxyde d'uranium, UO2. Il réussit par la suite à produire de l'uranium pur en réduisant le tétrachlorure d'uranium (UCl4) avec du potassium métallique. Actuellement des méthodes plus efficace ont été mises au point[2].

Le sel de Péligot a été nommé ainsi en son honneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène-Melchior Péligot fut élève au lycée Henri-IV et fut admis par concours en 1829 dans la première promotion de l’École Centrale des Arts et Manufactures, tout juste créée par Alphonse Lavallée[3]. Les cours de chimie dispensés dans cet établissement par Jean-Baptiste Dumas décidèrent de sa vocation. Mais la mort de son père, au beau milieu des troubles de 1830, le priva de ressources financières et il dut interrompre ses études. Il en appela à son maître Dumas, qui lui proposa un emploi dans son propre laboratoire. L'année suivante, âgé seulement de 22 ans, Peligot présenta son premier mémoire à l'Académie des Sciences de Paris et en 1834, il pouvait reprendre les cours à l'École Centrale, mais cette fois en tant que répétiteur de chimie[3].

Il collabora avec Jean-Baptiste Dumas. Ensemble, ils découvrirent le radical méthyle au cours d'expériences sur le méthanol. La terminologie alcool méthylique a été introduite pas ces deux chimistes. Ils préparèrent également l'éther méthylique (gaz) et de nombreux esters. En 1838, ils réussirent la transformation du camphre en para-cymène en utilisant du pentoxyde de phosphore, P4O10. Il prit une part active aux travaux des jurys des Expositions nationales et internationales ; membre de la Société nationale d'agriculture, il contribua aussi aux travaux de la Commission internationale du Mètre et des Poids et Mesures. Il s'intéressait également aux progrès de la photographie et encourageait tous ceux qui avaient pour but d'étudier cet art. En 1844, Eugène Peligot fut nommé chevalier de la Légion d'honneur sur la proposition du Ministre de la marine, en récompense des services rendus aux colonies par ses travaux sur la canne à sucre ; en 1846, il cumula ses fonctions de professeur à l’École Centrale avec celles d'expert auprès de la Monnaie[3] ; deux ans plus tard, lors de la fondation de l'institut national agronomique, il se vit confier la chaire de chimie analytique appliquée à l'agriculture[3] ; en 1857, il était nommé Officier de la Légion d'honneur, en 1878, commandeur de la Légion d'honneur, et en 1885, élevé à la dignité de Grand officier de la Légion d'honneur pour couronner une brillante carrière scientifique[4].

Ses écrits[modifier | modifier le code]

  • Le verre : son histoire, sa fabrication, Éditions G. Masson à Paris, 1877, 1 vol. (IV-495 p.) : fig. ; in-8 [1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Environmental Protection Agency
  2. (en) Uranium - LoveToKnow 1911
  3. a b c et d D'après Jaime Wisniak, « Para quitarle el polvo Eugène Melchior Peligot », Educ. químìca, vol. 20, no 1 México ene.,‎ (lire en ligne).
  4. Eugène Péligot, membre de l'Institut

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :