Eugène-Guillaume d'Argenteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eugène-Guillaume de Mercy d'Argenteau
Naissance
Huy
Décès (à 75 ans)
Vienne
Origine Liégeois
Allégeance Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Grade Feldzeugmeister
Années de service 1760-1808
Conflits Guerre de Sept Ans
Guerre russo-turque de 1787-1792
Campagne d'Italie
Faits d'armes Torgau
Belgrade
Montenotte
Dego
Caldiero
Distinctions Chevalier de l'ordre militaire de Marie-Thérèse
Autres fonctions Gouverneur militaire de Brno

Eugène-Guillaume d'Argenteau, comte de Mercy, né le à Huy dans la principauté épiscopale de Liège (territoire du Saint-Empire qui ne faisait pas partie des Pays-Bas autrichiens) et mort le à Vienne, fut un militaire hutois au service du Saint-Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

De la guerre de Sept Ans à la guerre austro-turque[modifier | modifier le code]

Eugène-Guillaume de Mercy d'Argenteau naquit le 30 décembre 1743 à Huy, du mariage du comte Louis-Philippe d'Argenteau et de la comtesse Béatrice Philippine de Dongelberg. Le 20 janvier 1759, à l'âge de 17 ans, il s'engagea dans le régiment d'infanterie no 56 Mercy au sein duquel il participa à la bataille de Torgau en novembre 1760 et à celle de Burkersdorf en juillet 1762. Nommé capitaine du régiment d'infanterie no 16 Königsegg le 1er novembre 1767, il devint major en second du régiment d'infanterie no 29 en novembre 1773, major en premier le 1er novembre 1777 puis lieutenant-colonel le 11 octobre 1781. Il fut fait colonel du régiment no 29 le 24 avril 1784 et fut employé en cette qualité pendant la guerre austro-turque de 1788-1791. Lors de ce conflit, il se distingua en plusieurs occasions et notamment au siège de Belgrade de septembre à octobre 1789, où il fut cité pour sa bravoure par le commandant en chef Ernst Gideon von Laudon. En récompense de ses faits d'armes, il fut élevé au grade de général-major le 9 octobre de la même année[1].

La campagne d'Italie[modifier | modifier le code]

Il fit ensuite plusieurs campagnes en Italie contre les Français. Le 23 novembre 1795, il fut battu par Masséna à Loano, défaite qui lui valut le conseil de guerre, mais il fut acquitté.

Sa lenteur à exécuter les ordres de Beaulieu ont fait de lui le principal responsable de la défaite de l'armée impériale à la bataille de Montenotte. Après cet épisode, il resta en non-activité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. Karl Friedrich von Enzenthal, Dictionnaire biographique des généraux autrichiens sous la Révolution et l'Empire : 1792-1815, vol. 1, Paris, Librairie historique Teissèdre, , p. 38.