Erwin de Steinbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Erwin von Steinbach)
Erwin de Steinbach
StrasbourgCath PortS 02.jpg
Erwin von Steinbach par Philippe Grass
Naissance
Décès
Activités
Enfants
Johannes von Steinbach (d)
Gerlach von Steinbach (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Erwin de Steinbach (1244 - , Strasbourg) est un architecte allemand, considéré comme le maître d'œuvre de la cathédrale de Strasbourg.

Patronyme[modifier | modifier le code]

Bien que Erwin soit couramment dit « de Steinbach (de)», les documents qui lui sont contemporains, par exemple sa propre épitaphe, le nomment simplement « Erwin », ou dans quelques cas « maître Erwin »[1].

Le qualificatif d’origine « de Steinbach » semble être apparu dans une épigramme disparue, qui aurait été peinte sur le portail central et dont le contenu aurait été « l’an du Seigneur 1277, en la fête de saint Urbain, cette œuvre glorieuse fut commencée par maître Erwin de Steinbach »[2][a]. Cette épigramme est mentionnée pour la première fois par Jacques Wimpfeling en 1508, mais certains chercheurs comme Roland Recht ou Hans Reinhardt contestent sa réalité et considèrent qu’il s’agit d’une pure invention du XVIe siècle[3]. Robert Will note toutefois, en croisant l’information avec des documents inédits, que l’inscription a probablement effectivement existé, mais qu’elle ne mentionnait pas à l’origine le nom du maître d’œuvre, qui serait un ajout apocryphe réalisé au XVe siècle[4].

Éléments factuels de la vie d’Erwin[modifier | modifier le code]

Fragments de la chapelle de la Vierge de la cathédrale mentionnant Erwin, conservés au Musée de l'Œuvre Notre-Dame.

Peu d’éléments factuels de la vie d’Erwin sont connus. Son nom apparaît pour la première fois sous la forme « meister Erwin wercmeister » en 1284 dans un contrat passé entre le maitre d’œuvre et l’Hôpital de Strasbourg pour la construction d’une maison sur un terrain appartenant à ce dernier[5].

Erwin meurt le , léguant à l’Œuvre Notre-Dame son cheval, des vêtements et une armure. Son épitaphe, située sur un contrefort de la chapelle Saint-Jean de la cathédrale, indique qu’il était alors administrateur de la fabrique et procurateur[6]. Elle précise également qu’il n’a survécu que peu de temps à sa femme, Husa, morte le [1].

Erwin a eu par ailleurs au moins deux fils, qui ont tout deux également exercés le métier d’architecte. Le premier, Johannes a pris la succession de son père sur le chantier de la cathédrale jusqu’à sa mort le [1]. Le second fils d’Erwin a été maître d’œuvre de la collégiale Saint-Florent de Niederhaslach, où il est mort le . Enterré dans le chapelle de la Vierge de la collégiale, il est représenté sur sa pierre tombale portant les symboles de son métier, l’équerre et le compas, une inscription le désignant comme le « fils d’Erwin, ci-devant maître de l’œuvre de la cathédrale de Strasbourg ». L’usure de la dalle a conduit à la disparition presque complète de son nom, qui a toutefois pu être reconstitué par Hans Rheinhardt et Peter Buxtorf comme étant Gerlach[7]. Étant donné son nom, il est probable également que le successeur de Johannes à la maîtrise d’œuvre de la cathédrale, Johannes Gerlach, ait également été un membre de la famille d’Erwin, peut-être un de ses petits-fils[6].

En ce qui concerne ses œuvres, seule la construction en 1316 de la chapelle de la Vierge, aujourd’hui disparue, dans la cathédrale, peut lui être attribuée sans aucun doute, sa dédicace le désignant comme auteur[6][b]. Il est toutefois certain qu’il a contribué également à la façade occidentale de la cathédrale, toutefois l’ampleur et la qualité de sa contribution sont débattues, allant de lui accorder le statut de génie auteur d’une grande partie de la façade à celui d’incapable n’ayant même pas réussi à exécuter correctement les plans de son prédécesseur[1].

La légende d’Erwin de Steinbach[modifier | modifier le code]

Erwin von Steinbach à Steinbach

Construction de la légende littéraire[modifier | modifier le code]

Dès le XVe siècle, des éléments légendaires commencèrent à être ajoutés au personnage d’Erwin. Peut-être inspirée par les inscriptions à son nom se trouvant dans la cathédrale, l’épigramme du portail central fit de lui Erwin « de Steinbach » et lui attribua, à tort, le mérite d’avoir débuté la construction du massif occidental[8]. Au début du XVIe siècle, Jacques Wimpfeling extrapola à partir de cette inscription pour faire d’Erwin le bâtisseur de l’ensemble de la façade, y compris la tour et la flèche[9], d’autres, comme Bruschius, développèrent encore davantage le thème en faisant de lui non seulement un architecte, mais aussi un sculpteur, auteur de diverses sculptures de la cathédrale[10].

Ces information furent ensuite diffusée par les estampes et guides à destination des voyageurs, qui les enrichirent encore davantage en attribuant parfois, et contre toute vraisemblance, l’ensemble de la cathédrale au ciseau d’Erwin. L’écho de cette production se retrouve par exemple au début du XVIIe siècle dans les récits de voyage du Tyrolien Ernstinger en 1606 ou de l’Anglais Thomas Coryate en 1608[11]. Parallèlement, des auteurs comme Schilter ou Grandidier lui attribuèrent également tous les dessins de la façade qui étaient conservés à l’Œuvre Notre-Dame, en tant que concepteur de l’ensemble du projet[12].

Un personnage aussi grandiose ne pouvant s’être limité à la cathédrale de Strasbourg, les auteurs modernes commencèrent à lui attribuer la plupart des grands monuments de la région, L’Hermine en fit par exemple en 1681 l’auteur de la collégiale de Thann et de la cathédrale de Fribourg[13]. Pour donner plus de relief à son histoire, il ajouta qu’après avoir construit ces édifices, Erwin eut les yeux crevés pour l’empêcher d’aller en France en construire de plus beaux[14].

En , Goethe fait paraître à Francfort un court texte intitulé Von Deutscher Baukunst (de) (De l'architecture allemande)[15]. Derrière ce titre se cache un hymne à la gloire de la cathédrale de Strasbourg (Goethe l'a visitée en 1771) et de son concepteur, Erwin de Steinbach, qui avive encore le mythe d’Erwin et contribue à le diffuser encore plus largement[16].

La famille légendaire d’Erwin de Steinbach[modifier | modifier le code]

La famille d’Erwin bénéficia également d’ajouts légendaires : outre les exploits attribués à ses fils, on lui inventa également une fille, Sabine, autour de laquelle Georges Jahn et Sophie La Roche construisirent à la fin du XVIIIe siècle une mythologie en faisant le pendant féminin d’Erwin de Steinbach[17].

Erwin de Steinbach, fondateur de la franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, Grandidier introduisit également l’idée qu’Erwin de Steinbach était un des fondateurs de la franc-maçonnerie, qui fut ensuite largement reprise par diverses Loges[10].

Les représentation de la mythologie erwinienne[modifier | modifier le code]

En l’absence de représentation clairement identifiée d’Erwin, les auteurs de l’époque moderne commencèrent par donner son nom à différentes statues de la cathédrale, notamment au buste d’homme accoudé en face du pilier des anges dans le transept sud ou à l’homme au cadran solaire se trouvant au sommet de l’octogone. Plus tard, au XIXe siècle, la même recherche fut étendue aux autres édifices qui lui étaient attribués, comme la cathédrale de Fribourg, où on fit d’une console de l’octogone un portrait d’Erwin[18].

Le double portail sud de la cathédrale est orné notamment d'une statue moderne d'Erwin von Steinbach tenant à la main un plan de la cathédrale, et de celle de sa fille Sabine. Les statues originales ont été réalisées en 1866 par Philippe Grass et se trouvent au Musée de l'Œuvre Notre-Dame[19].

Un buste d'Erwin von Steinbach, réalisé par Landolin Ohmacht, est exposé dans le Walhalla en Allemagne.

Le , le sculpteur André Friederich demanda au maire de la ville de Steinbach, dans le Pays de Bade, l'autorisation de construire un monument au maître Erwin. Il se rendit ensuite à Steinbach où il acheta un terrain et y construisit le monument qui fut dévoilé, le . Il porte l'inscription : « Dem Erbauer des Straßburger Münsters Erwin geboren zu Steinbach gestorben zu Straßburg MCCCXVIII (Au fondateur de la Cathédrale de Strasbourg, né à Steinbach, mort à Strasbourg en MCCCXVIII [1843]). » Il s'avéra plus tard que le monument avait été financé par la loge des Francs-maçons, qui voient en Erwin von Steinbach le fondateur de la loge des bâtisseurs de la cathédrale de Strasbourg, une organisation ne prenant ses ordres que du roi ou de l'empereur. Aux yeux des Francs-maçons, la confrérie fondée par Erwin von Steinbach serait l'une des racines de leur organisation.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plans et dessins[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anno Domini MCCLXXVII in die beati Urbani hoc gloriosum opus inchoavit Magister Erwinus de Steinbach[1].
  2. Le texte complet de l’inscription a été consigné par Schadeus au XVIIe siècle : MCCCXVI AEDIFICAVIT HOC OPUS MAGISTER ERWIN. ECCE ANCILLA DOMINE FIAT MIHI SECUNDUM VERBUM TUUM. AMEN. « En l’an 1316 maître Erwin a construit cet édifice. Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon Ta parole. Amen »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Rieger 1987, p. 853.
  2. Will 1980, p. 13.
  3. Will 1980, p. 13-14.
  4. Will 1980, p. 18-19.
  5. Böker et Brehm 2013, p. 149-150.
  6. a b et c Böker et Brehm 2013, p. 150.
  7. Hans Rheinhardt, « Le fils d’Erwin à Niederhaslach », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, no 14,‎ , p. 127-130 (lire en ligne)
  8. Lehni 1998, p. 92.
  9. Lehni 1998, p. 97.
  10. a et b Lehni 1998, p. 101.
  11. Lehni 1998, p. 96, 98.
  12. Lehni 1998, p. 96, 99.
  13. Lehni 1998, p. 103.
  14. Lehni 1998, p. 105.
  15. Texte en allemand sur Zeno.org (1772). Le texte est traduit dans Goethe, Écrits sur l'art, introduction de Tzvetan Todorov, trad. et notes de Jean-Marie Schaeffer, Paris, GF-Flammarion, 1997.
  16. Christian Helmrich, Architecture allemande (J.W. Goethe), Encyclopaedia Universalis, Paris, Encyclopaedia Universalis, (lire en ligne), p. 47
  17. Lehni 1998, p. 101-102.
  18. Lehni 1998, p. 104.
  19. Serge Dufour, Les Statues de Strasbourg, Coprur, Strasbourg, 1992, p. 13-14
  20. Böker et Brehm 2013, p. 176.
  21. Böker et Brehm 2013, p. 178.
  22. a et b Böker et Brehm 2013, p. 180.
  23. (de) Heinrich Klotz: Der Ostbau der Stiftskirche zu Wimpfen im Tal. Zum Frühwerk des Erwin von Steinbach (Kunstwissenschaftliche Studien, Band 39). München, 1967
  24. (de) Johann Josef Böker und Anne-Christine Brehm: Die gotischen Architekturzeichnungen des Freiburger Münsterturms. In: Freiburger Münsterbauverein (Hrsg.): Das Freiburger Münster. Verlag Schnell und Steiner, Regensburg 2011, S. 323–327. (ISBN 978-3-7954-1685-0); Johann Josef Böker, Anne-Christine Brehm, Julian Hanschke und Jean-Sébastien Sauvé: Die Architektur der Gotik: Die Rheinlande. Müry Salzmann Verlag, Salzburg 2013, Nr. 24. (ISBN 978-3-99014-064-2)
  25. (de) Anne-Christine Brehm: Baumeister und Baugeschichte des Breisacher Münsters. Unser Münster (Münsterbauverein Breisach), Sonderheft 47, 2012, S. 2–23.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sabine Bengel, Marie-José Nohlen et Stéphane Potier, Bâtisseurs de cathédrales : Strasbourg, mille ans de chantier, Strasbourg, La Nuée bleue, coll. « La grâce d’une cathédrale », , 275 p. (ISBN 978-2-8099-1251-7).
  • (de) Johann Josef Böker, Anne-Christine Brehm et al., Architektur der Gotik: Rheinlande : Basel, Konstanz, Freiburg, Straßburg, Mainz, Frankfurt, Köln, Salzburg, Müry Salzmann, (ISBN 978-3990140642).
  • Joseph Doré, Francis Rapp et Benoît Jordan, Strasbourg, Strasbourg, La Nuée bleue, coll. « La grâce d’une cathédrale », , 511 p. (ISBN 9782716507165)
  • Marie-Jeanne Geyer, « Le mythe d'Erwin de Steinbach », dans Roland Recht, Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, (ISBN 2-901833-01-2), p. 322-329
  • Roger Lehni, « Le mythe d’Erwin de Steinbach avant Goethe », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, no 23,‎ , p. 91-106 (ISSN 0153-3851, lire en ligne)
  • Théodore Rieger, « Erwin dit de Steinbach », dans Charles Baechler, Jean-Pierre Kintz, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, , p. 853
  • Robert Will, « Les inscriptions disparues de la porta sertorum ou Schappeltür de la cathédrale de Strasbourg et le mythe d’Erwin de Steinbach », Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, no 14,‎ , p. 13-20 (ISSN 0153-3851, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]