Aller au contenu

Ernest Granger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ernest Granger
Fonction
Député français
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Idéologie
Membre de

Ernest Granger né le à Mortagne-au-Perche (Orne) et mort le à Macé (Orne), communard et homme politique français. Il est l’un des leaders blanquistes sous le Second Empire avec Louis-Auguste Blanqui, Émile Eudes et Gustave Tridon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le cofondateur du Comité révolutionnaire central (CRC), et le rédacteur en chef du Cri du peuple après la mort d’Eudes. En 1889, il quitte le CRC pour fonder le Comité central socialiste révolutionnaire et être élu député boulangiste de la Seine (1889-1893).

Ernest Granger, accueille et aide Auguste Blanqui lors de ses sorties de prison, Blanqui est mort à son domicile parisien.

Fidèle de Blanqui, il vend une propriété dans l'Orne pour acheter pistolets et poignards pour l'attaque de la caserne de pompiers de la Villette le 14 aout 1870.

Pendant la Commune de Paris, il est commandant du Bataillon de Belleville, se réfugie en Angleterre, puis à l'amnistie, revient à Paris.

Il finance l'impression de nombre de livres écrits par Blanqui et participe même à la rédaction de "critique sociale" Comme certains de ses frères d'armes, il bascule idéologiquement et devient député boulangiste. Au décès de Blanqui, il fait édifier à ses frais un gisant en bronze réalisé par Dalou, on y voit un Blanqui torturé, véritable martyr de sa cause.

Il se retire sur ses terres normandes à Macé dans l'Orne. Il se consacre à la rédaction de livres sur l'agriculture, il est même responsable du comité d’arrondissement. il meurt à la "Métairie" le 21 mai 1914. Son tombeau est visible au cimetière de Macé.

Il est exécuteur testamentaire d'Auguste Blanqui, les héritiers de Granger sont dépositaires de l'original du tableau dit "de Blanqui jeune", peint pas son épouse Suzamel (le tableau exposé au musée Carnavalet est une copie.)

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :