Jean-Baptiste Chardon (révolutionnaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Baptiste Chardon
Image dans Infobox.
Jean-Baptiste Chardon en 1871.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
VierzonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Arme
Grade militaire
Conflit
Condamnation

Jean-Baptiste Chardon, né à Souvigny (Allier) le [1] et mort à Vierzon-Villages (Cher) le [2], est un chaudronnier, rentier et communard français. Il est une personnalité de la Commune de Paris de 1871.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Chardon est le fils d'un forgeron. Depuis 1862, il est ouvrier chaudronnier à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, à Ivry-sur-Seine. En 1870, il est renvoyé de son emploi « pour ses idées révolutionnaires » et fait de la prison pour « excitation à la haine du gouvernement ».

Pendant le siège de Paris par les Allemands (-), il est capitaine en second du 133e bataillon de la Garde nationale, avec lequel il lance l'assaut contre l'Hôtel de Ville de Paris lors de la journée du 31 octobre contre la politique jugée capitularde du Gouvernement de la Défense nationale. En , il adhère à l'Association internationale des travailleurs (tendance blanquiste). En janvier 1871, il est l'un des signataires de l'Affiche rouge[3]

Le , il est élu au Conseil de la Commune par le XIIIe arrondissement. Il est membre de la commission de la guerre puis de celle de la Sûreté générale (). Il fut commandant militaire de la préfecture de police et membre de la première cour martiale nommée le (JO de la Commune, ). Après la Semaine sanglante il est condamné à mort par contumace par le conseil de guerre, mais il parvient à se réfugier en Suisse en compagnie d'Eugène Protot.

Employé d'une société de constructions mécaniques, il travaille en Égypte, à Cuba et à Haïti, où il devient restaurateur. Puis il rentre en France. Son acte de décès lui confère la qualité de rentier.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noêl, Dictionnaire de la Commune de Paris, Flammarion, collection Champs, 1978.
  • Jules Clère, Les Hommes de la Commune[4], Édouard Dentu, Paris,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de l'Allier, état-civil numérisé de Souvigny, naissances 1821-1852, acte no 49 de l'année 1830, cliché 368.
  2. Archives départementales du Cher, état-civil numérisé de Vierzon-Villages, décès de l'année 1898, acte no 156.
  3. Notice « CHARDON Jean Baptiste », in Le Maitron en ligne.
  4. Lire la version numérisée sur le site Gallica.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressource relative à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :

Articles connexes[modifier | modifier le code]