Ernest Claes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant un écrivain belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ernest Claes
ErnestClaes.jpg

Ernest Claes
(photo déformée intentionnellement en 1931)

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
IxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Andreas Ernestus Josephus ClaesVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
G. van HasseltVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Œuvres réputées
De Witte (roman) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombe (Averbode)

Andreas Ernestus Josephus (Ernest) Claes, né à Zichem, près de la ville de Diest, le et décédé le à Ixelles, est un écrivain flamand d'expression néerlandaise. Aussi connu sous le pseudonyme de G. van Hasselt.

Il est surtout connu pour son roman picaresque De Witte (1920), traduit sous le titre de Filasse par Lode Roelands (Paris-Louvain, Éditions Rex, 1935, 224 p., épuisé), une histoire que l’on peut rapprocher de celle de Poil de carotte, adaptée au cinéma par Jan Vanderheyden en 1934 et Robbe De Hert en 1980.

À côté de ce roman à caractère autobiographique, on trouve également des œuvres où il décrit les animaux telles que Herman Coene (1925-1930), Kiki (1925) et Floere het Fluwijn (1950).

Il évoque la Première Guerre mondiale dans Namen 1914. Prisonnier lors de l'attaque des forts de Namur, il raconte son séjour au lazaret établi dans le couvent des sœurs de la Providence à Champion, son passage à l'ambulance du Collège des Jésuites à Namur, puis enfin à la prison, avant son départ en Allemagne.

De style plutôt humoristique, il décrit son pays et les gens de manière parfois crue. Né dans une famille de paysans, il étudia l'allemand et travailla en tant que journaliste puis fonctionnaire.

Politiquement, Claes était un flamand convaincu et soutint la Ligue nationale flamande, le mouvement unitaire nationaliste (VNV), qui sera impliquée dans la collaboration. Cela lui fut plus tard reproché et il se retrouva à cause de cela trois mois à la prison de Saint Gilles près de Bruxelles. Il fut cependant acquitté et put à nouveau jouir de ses droits de citoyen.

Son épouse, Stephanie Vetter, était également une écrivaine.

Bibliographie (livres en français)[modifier | modifier le code]

  • Kiki. Trad. du flammand par Roger Kervyn de Marcke ten Driessche. Bruxelles, Durendal, 1933
  • La nocturne visite de Notre Dame. Trad. du flamand par Piet Heuvelmans ; ill. par Felix Timmermans. Maastricht, Stols, 1934
  • Filasse. Trad. du flamand par L. Roelandt. Paris, 1935
  • La vie joyeuse et vertueuse du curé Campens. Trad. du flamand par Yves Lenoir. Bruxelles, 1940
  • Jeunesse. Trad. française de Noël Noriac. Bruxelles, 1942
  • Jérôme et Benjamin. Trad. du néerlandais par Paul de Win. Bruxelles, Wellprint, 1966

Liens externes[modifier | modifier le code]