Eomaia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eomaia scansoria est une espèce de mammifère fossile du Crétacé, la seule du genre, décrite à partir d'un seul fossile découvert en 2002[1].

Le fossile a été découvert dans la formation du Yixian, dans la province de Liaoning en Chine. Il date du Barrémien (Crétacé inférieur).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Eomaia scansoria signifie la « mère grimpante de l'aube ».

Description[modifier | modifier le code]

Ce fossile mesurant 10 centimètres de long est pratiquement complet. On estime la masse de son corps de 20 à 25 g. Le fossile trouvé est exceptionnellement bien conservé, il est daté à 125 Ma. Bien que le crâne soit écrasé, on peut voir les dents, les os des pieds très petits, les cartilages et même le pelage.

L'étroitesse des hanches laisse supposer que si l'animal était vivipare, les petits n'étaient pas entièrement formés lors de l'accouchement bien que le placenta fut déjà bien développé [2]. Il s'agit donc d'un euthérien presque basal puisque la naissance est encore relativement précoce par rapport au développement du petit.

Selon un article publié dans Nature, l'épipubis est présent. C'est tout à fait remarquable chez un euthérien, puisqu'il s'agit d'un trait plésiomorphe partagé par des marsupiaux, des monotrèmes et des thérapsides non mammifères. Une caractéristique supplémentaire pour le qualifier d'euthérien primitif.

Sa formule dentaire était typique des premiers euthériens : 5.1.5.3/4.1.5.3 (incisives, canines, prémolaires, molaires) ; l'animal avait cinq incisives supérieures, quatre incisives inférieures et cinq prémolaires. Ce ne sont pas là les chiffres typiques des euthériens modernes qui possèdent trois incisives en haut et en bas et quatre prémolaires.

Systématique[modifier | modifier le code]

Les auteurs assurent que sur la base de 268 caractéristiques réunies à partir de tous les clades importants de mammifères du Mésozoïque et des principales familles d'euthériens du crétacé, Eomaia se trouve à la racine de l'arbre généalogique des euthériens avec les Murtoilestes et les Prokennalestes. Manifestement, ces trois taxons sont plus proches des placentaires actuels que des marsupiaux actuels. Eomaia doit être classée parmi les Euthériens du fait de nombreuses apomorphies de la denture, du poignet et de la cheville.

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Phylogénie des thériens d'après Luo et al, 2011[3] :

 Theria
 Metatheria

 Sinodelphys



 Sparassodonta



 Marsupialia (les marsupiaux)



 Eutheria

 Juramaia



 Montanalestes




 Murtoilestes



 Eomaia



 Prokennalestes




 Placentalia (les placentaires)




Apport du fossile[modifier | modifier le code]

Le fossile trouvé porte même des traces de poils. La date précédente la plus ancienne pour une telle caractéristique était d'environ 60 Ma - ce fossile est plus vieux d'environ 65 Ma. Il ne faut pas en conclure que les premiers mammifères étaient dépourvus de poils. L'examen du squelette laisse entendre que les poils sont peut-être apparus plus tôt chez les ancêtres non-mammaliens au Trias inférieur ou au Permien supérieur. Le pelage se fossilise rarement et la qualité remarquable des fossiles de Liaoning est tout à fait inhabituelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ji, Luo, Yuan, Wible, Zhang & Georgi, 2002, « The earliest known eutherian mammal », Nature, 416-6883 p. 816-822.« Earliest Known Ancestor of Placental Mammals Discovered » dans les National Geographic News du 24 avril 2002
  2. « "Evolution of the mammalian placenta revealed by phylogenetic analysis." »(en)
  3. (en) Zhe-Xi Luo, Chong-Xi Yuan, Qing-Jin Meng et Qiang Ji, « A Jurassic eutherian mammal and divergence of marsupials and placentals », Nature, 476, p. 442–445, 2011